Un bras de fer est lancé à la tête de la secte islamiste nigérian qui a fait allégeance l'an dernier au groupe Etat Islamique.

Plusieurs fois annoncé mort par l'armée nigériane, Abubakar Shekau confirme qu'il est toujours bien en vie et à la tête de Boko Haram.
Plusieurs fois annoncé mort par l'armée nigériane, Abubakar Shekau confirme qu'il est toujours bien en vie et à la tête de Boko Haram. © AFP / PIUS UTOMI EKPEI

Il y a deux jours, le magazine de l'EI annonçait la nomination d'Abou Mosad Al Barnaoui à la tête de Boko Haram, laissant entendre que le leader actuel avait disparu. Sauf qu’Abubakar Shekau affirme dans un enregistrement audio qu'il est  toujours présent. Plusieurs fois annoncé mort par l'armée nigériane, Abubakar Shekau confirme qu'il est toujours bien en vie et surtout, qu'il n'a aucune intention de perdre le commandement de Boko Haram.

Dans un message vocal posté sur Youtube, il s'en prend au magazine du groupe Etat islamique qui annonçait son remplacement à la tête de l'organisation terroriste. Abubakar Shekau affirme ne plus vouloir faire confiance aveuglement à l'EI, sans remettre toutefois réellement en cause son allégeance qui date de 2015, un acte qui avait rompu avec une doctrine du groupe traditionnellement plus proche d'Al-Qaïda.

Mais selon des experts, la violence extrême perpétrée par Boko Haram ces deux dernières années contre des populations en grande majorité musulmanes, les kidnappings de femmes et d'enfants, les attaques de mosquées, ont rapidement été désapprouvés par des membres de l'EI, créant des tensions.

Selon des spécialistes, Daech chercherait à évincer ce leader contesté, affaibli et qui a perdu beaucoup de terrain ces derniers mois, face aux armées nigérianes, tchadienne et camerounaise.

Une scission n'est pas à exclure, avec une branche de Boko Haram pro EI qui internationaliserait le conflit et viserait plutôt des cibles occidentales en Afrique. Une autre branche qui serait-elle fidèle à Aboubakar Shekau qui continuerait de frapper autour de l'état de Borno, l'un des plus pauvre du Nigeria et berceau de Boko Haram.

L'insurrection menée par Boko Haram - et sa répression par les forces de l'ordre - ont fait au moins 20.000 morts et 2,6 millions de réfugiés dans le nord-est du Nigeria et les régions frontalières des pays voisins, autour du lac Tchad.

Infographie sur Boko Haram
Infographie sur Boko Haram © VisActu
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.