Les États-Unis assument la plus large part du budget de l’Otan. Donald Trump demande à ses alliés de contribuer plus largement au budget de défense commun.

Un soldat américain des forces de l'OTAN en Pologne en 2016.
Un soldat américain des forces de l'OTAN en Pologne en 2016. © Reuters / Kacper Pempel

Rex Tillerson est en Turquie ce jeudi, pour rencontrer le président Recep Tayyip Erdogan, mais aussi parler du financement de la Défense. Les deux pays sont membres de l'Otan comme 26 autres États de l'hémisphère nord. Après les propos de Donald Trump qui accusait l'Allemagne d'avoir des dettes envers l'Otan et les États-Unis, on peut se demander comment est financé l'Otan.

Traduction : "Malgré ce que vous avez pu lire dans de FAUSSES INFORMATIONS, j'ai eu une excellente réunion avec la chancelière allemande Angela Merkel. Néanmoins, l'Allemagne doit une grosse somme d'argent à l'Otan et aux États-Unis qui doit être payée pour la défense plus puissante et plus chère que l'Otan et les États-Unis offrent à l'Allemagne!".

►RÉÉCOUTER : Trump et l’Europe, une division par 28

Des dépenses indirectes et non-obligatoires

Les contributions les plus importantes à l'Otan sont les "contributions volontaires indirectes" : envoi de soldats sur le terrain, mise à disposition de véhicules blindés, de navires, d’hélicoptère ou de matériel médical. Chaque pays membre de l’Otan contribue à la hauteur qu’il souhaite, sauf si l'article 5 du Traité de l'Otan s'applique. Cet article 5 précise que si l'un des pays de l'Otan est attaqué, tous les membres sont attaqués. La défense et la riposte seront collectives.

En 2006, les pays membres se sont mis d’accord sur une règle des 2% : le pourcentagede leur produit intérieur brut (PIB) qui doit être consacré à leur défense nationale. Si on met de côté les États-Unis, les 27 pays membres de l'OTAN consacrent ensemble moitié moins que Washington à leur budget Défense. Un écart constant depuis la création de l'Otan mais qui s’accroît depuis les attentats du 11 septembre 2001. D'un côté, les États-Unis augmentent leur budget de Défense, de l'autre, la crise financière conduit les États à baisser leur budget.

OTAN : le vice-président américain rassure ses alliés européens, mais les appelle "à faire plus"
OTAN : le vice-président américain rassure ses alliés européens, mais les appelle "à faire plus" © Visactu /

En septembre 2014, lors du sommet du pays de Galles, les chefs d’État et de gouvernement de l’Otan ont pris deux décisions :

  • Les pays qui respectent la règle des 2% continueront de la respecter
  • Les autres chercheront à augmenter les dépenses à mesure que leur PIB augmentera. Objectif : se rapprocher le plus possible des 2% dans les dix prochaines années.

Les alliés ont aussi décidé lors de ce sommet que 20% des dépenses nationales devaient porter sur les équipements majeurs, dans un effort de modernisation des armées nationales. Si ce seuil de 20% n’est pas atteint dans certains États, le matériel risque d’être de plus en plus obsolète et de créer des disparités entre les pays membres. Les alliés se sont aussi mis d’accord pour que leurs forces terrestres, aériennes et maritimes puissent toutes opérer ensemble. Même si tous les pays ne mettent pas forcément de troupes à disposition, ils ont décidé que le déploiement de ces troupes serait financé en commun.

Des Européens dépendants des Américains

Aujourd'hui, le budget Défense des États-Unis représente 72% du budget Défense total de tous les pays membres. Cela ne signifie pas que les États‑Unis couvrent 72 % des dépenses de fonctionnement de l'Otan mais que les autres États dépendent largement des forces américaines.

La France, l'Allemagne et le Royaume‑Uni coûtent aussi très cher à leurs voisins : ils représentent à eux seuls plus de 50 % des dépenses de défense des alliés hors États‑Unis. Le dernier rapport de l’organisation mentionne que :

L’Alliance a développé une dépendance excessive à l’égard des États-Unis pour la fourniture de certaines capacités essentielles, comme les moyens de renseignement, de surveillance et de reconnaissance, le ravitaillement en vol, la défense antimissile balistique ou encore les moyens aériens de guerre électronique.

► RÉÉCOUTER : Il y a 50 ans, la France quittait l'Otan

Le financement direct obligatoire

Le financement commun est mis en place lorsque tous les pays y ont un intérêt : la dépense sera supportée par tous. Les pays membres contribuent en fonction de leur PIB. C’est le mode de financement le plus fréquent. Il permet de financer :

  • le budget civil (les frais de fonctionnement du siège de l’organisation). Le budget civil 2017 s'élève à 234,4 millions d’euros.
  • le budget militaire (coût des structures de commandement). Le budget militaire 2017 s'élève à 1,29 milliard d’euros.
  • le budget d’investissement au "service de la sécurité" (les capacités militaires) soit un plafond pour 2017 de 655 millions d'euros.

Le 25 mai prochain, l'Otan organise son 28e sommet, le premier où se rendra Donald Trump. Le président américain "se réjouit de rencontrer ses homologues au sein de l’Otan et de réaffirmer son engagement ferme envers l’Organisation". En attendant le prochain tweet...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.