Les autorités espagnoles font tout pour empêcher le référendum sur l'indépendance de la Catalogne dimanche. Et les autorités catalanes font tout pour qu'il ait lieu.

"Oui ! Bonjour démocratie" place de Catalogne à Barcelone
"Oui ! Bonjour démocratie" place de Catalogne à Barcelone © Radio France / Bertrand Gallicher

Le recensement des personnes habilitées à voter, arrêté au 30 mars, inclut "les électeurs résidents en Catalogne et les résidents à l'extérieur", soit 5,5 millions de personnes. Pour savoir où voter, les électeurs doivent consulter des sites internet. Mais ces sites changent régulièrement car la justice les fait fermer.

Bureaux de vote sous scellés

Mercredi le vice-président catalan Oriol Junqueras a annoncé que les électeurs pourraient obtenir plus d'informations sur le réseau social Telegram, pour savoir où voter. La liste complète des centres de vote n'a pas été publiée. Il devait y avoir des bureaux de vote dans 712 municipalités sur 948. Parmi les dix plus grandes villes, cinq - Barcelone, Tarrassa, Badalona, Sabadell, Reus - ont donné leur accord. Ces villes représentent 2,3 millions d'habitants sur 7,5 millions.

Le parquet a demandé mardi à la police régionale, d'identifier les bureaux de vote, de les fermer et les mettre sous scellés vendredi soir au plus tard et de les surveiller jusqu'à dimanche, en empêchant le vote dans un rayon de 100 mètres autour de ces sites.

Crainte pour la sécurité

Mais la police régionale craint que ces consignes entraînent un risque important de troubles à l'ordre public. Les autorités catalanes appellent au calme et au civisme. Le gouvernement espagnol a déployé les deux-tiers de ses unités anti-émeutes selon El Pais, et plus de 10 000 agents des forces de l'ordre, en plus des 16 000 policiers régionaux.

Bulletins de vote saisis

Les forces de l'ordre multiplient les perquisitions et ont saisi près de dix millions de bulletins de vote. Mais le porte-parole du gouvernement catalan a encouragé les Catalans à imprimer les bulletins chez eux.

Urnes cachées

La police n'a en revanche toujours pas trouvé les urnes. Selon le quotidien El Mundo, la police soupçonnait des chauffeurs de boulangeries industrielles et de supermarchés d'avoir transporté les urnes dans leur camionnettes et de les avoir déjà distribuées dans les municipalités.

Selon El Mundo, la police recherche la centrale informatique qui doit collecter les résultats du dépouillement des votes, elle serait dans les environs de Barcelone.

L'Université de Barcelone, lieu stratégique

L'Université historique de Barcelone est occupée par les étudiants militant pour la tenue du référendum et pour l'indépendance.

Cette mobilisation est incroyable. Nous pensons qu'une majorité des Catalans pense qu'il faut voter, et les étudiants aussi.

Les étudiants occupent l'université de Barcelone
Les étudiants occupent l'université de Barcelone © Radio France / Bertrand Gallicher

►►► ECOUTER | Le reportage de Bertrand Gallicher et Marc Garvenes à l'Université de Barcelone

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.