réfugiés
réfugiés ©

"Passer de la parole aux actes". A Bruxelles aujourd'hui la commission européenne va exhorter les 28 états membres de l'UE à tenir leurs promesses pour faire face à la crise migratoire. La France s'est engagée à accueillir 37 000 personnes.

Pour faire partie des 160 000 réfugiés retenus au total par l'Europe au terme d'un accord très aprêment discuté par les membres de l'Union Européenne le mois dernier, les conditions sont drastiques. Le demandeur d'asile doit être arrivé entre telle et telle date ou ne venir, par exemple que des pays considérés comme réellement exposés, à savoir uniquement la Syrie, l'Irak et l'Erythrée ... Les autres demandeurs sont considérés comme des migrants économiques.

Sur ce nombre total, la France s'est engagée à accueillir 30700 personnes sur deux ans .Un nombre qui est le d'un savant calcul basé, entre autres sur le PIB de la France, sa population ou encore son taux de chomage.La France commence - à peine - à mettre en place les structures d'accueil nécessaires à cet accueil. Bruxelles a promis d'accorder 6000 euros par personne relocalisée , soit 16 euros par jour pendant un an. Une somme qui sera très loin de couvrir la réalité des besoins.

Pierre Henry, directeur général de France Terre d'Asile :

Il faut anticiper des moyens pour permettre l'apprentissage du français, l'ouverture des droits, l'évaluation des compétences, l'obtention des équivalences de diplômes, de façon à ce que ces personnes que nous allons accueillir puissent vivre de manière autonome et faire partie immédiatement de la communauté nationale.

Les 37 000 personnes que la France s'engage à accueillir s'inscrivent dans un processus exceptionnel qui s'ajoute au dispositif national d'accueil déjà existant. En tout, environ un millier de syriens a été accueilli depuis le début de la guerre en 2012. Point de comparaison : la Turquie héberge près de deux millions de réfugiés, le Liban plus d'un million. Soit un réfugié pour quatre habitants ...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.