Dans le Haut-Karabakh, région de l’Azerbaïdjan à majorité arménienne, de violents affrontements ont eu lieu ce week-end. Le calme est revenu mais les deux forces se regardent toujours en chien de faïence.

Regain de tension dans le Haut-Karabakh
Regain de tension dans le Haut-Karabakh © Reuters / Stringer .

C’est un conflit vieux de 25 ans qui a ressurgit ce week-end. Dans la nuit de vendredi à samedi, les forces azerbaïdjanaises et arméniennes se sont violemment affrontées le long de la frontière du Nagorny-Karabakh, autre nom du Haut-Karabakh. 18 soldats arméniens et 12 soldats azerbaïdjanais ont été tués. Chaque camp accuse l’autre d’être à l’origine de cette flambée de violence. Pour l’Azerbaïdjan, l’ennemi arménien a procédé à des tirs d’artillerie intensifs, obligeant l’armée azerbaïdjanaise à riposter. Et du point de vue des Arméniens, on confirme une attaque de grande envergure de la part de l’Azerbaïdjan, qui a conduit à de lourdes pertes.

Les précisions de Luc Lemonnier, chef du service Etranger de France Inter.

1 min

haut karabakh 19h

Cessez-le-feu et méfiance

François Hollande a publié un communiqué ce samedi soir pour appeller à la fin des violences.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Depuis Moscou, le président Vladimir Poutine a, lui aussi, appelé à un arrêt immédiat des combats. Quant au ministre russe des Affaires Étrangères, Sergueï Lavrov, il a eu une conversation téléphonique avec ses homologues arménien et azerbaïdjanais pour leur demander d’arrêter ces affrontements. La Russie soutient l'Arménie où elle possède deux bases militaires fortement renforcées ces derniers mois. La Turquie est du côté de l'Azerbaïdjan, et le président Erdogan a assuré son allié de son plein soutien.

Ce dimanche, à la mi-journée, Bakou a finalement annoncé un cessez-le-feu unilatéral, tout en promettant que les forces azerbaïdjanaises répondraient en cas d’attaque. Erevan a qualifié cette trêve de "piège ". L'Azerbaïdjan veut en effet consolider ses gains territoriaux, tandis que les séparatistes arméniens demandent un retour aux positions militaires d'avant le week-end.

Un conflit vieux de 25 ans

Le Haut-Karabakh est situé en territoire azerbaïdjanais. Ce conflit régional a connu son apogée à la chute de l'Union soviétique. La région, majoritairement peuplée d’Arméniens, a fait sécession au début des années 1990, mais quasiment personne ne reconnaît l’indépendance de ce territoire. A l’époque, la guerre qui a opposé les séparatistes aux forces d’Azerbaïdjan avait fait près de 30.000 morts, jusqu’à ce que soit instauré un cessez-le-feu en 1994, trêve qui a dans les faits été très peu respectée.

► ► ► COMPRENDRE / ARCHIVES | Pourquoi le conflit du Haut-Karabakh s'éternise.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.