Un avion militaire ukrainien a été abattu lundi à l’est de l’Ukraine. Il y avait huitpersonnes à bord. Des témoins disent avoir vu des parachutes s’extraire de l’appareil avant qu’il ne s’écrase. Kiev accuse la Russie.

attaque meurtrière de séparatistes pro-russes à la frontière entre l'ukraine et la russie
attaque meurtrière de séparatistes pro-russes à la frontière entre l'ukraine et la russie © reuters

« Désescalade »

C’est le terme employé par les responsables de l’Organisation du Traité d’Atlantique Nord (l’OTAN) qui dénonçaient ce lundi des mouvements de troupes à la frontière ukrainienne. Depuis la mi-juin, le nombre de soldats russes postés aux portes de l’Ukraine séparatiste est passé de mille à douze mille hommes, contre quarante mille au plus fort de la crise, en mai.

Chacun tente de convaincre la communauté internationale

"L’avion ukrainien qui volait en haute altitude n’a pas pu être touché que par un missile puissant!" dénonce le ministre de la Défense ukrainien qui accuse directement Moscou. La destruction de cet avion rappelle celle d’un autre avion de transport ukrainien, abattu le 14 juin dernier, près de l’aéroport de Lougansk. Quarante-neuf militaires avaient alors péri.

De son côté la Russie accuse Kiev d’avoir lancé ce week end un missile par-delà la frontière, tuant une personne et en blessant deux autres. En signe de bonne volonté Moscou a invité les observateurs de l’OSCE (l’organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) à visiter deux postes-frontières avec l’Ukraine.

La tension ne cesse de monter à l’est

L’armée ukrainienne qui poursuit son offensive contre les rebelles a débloqué lundi l’aéroport de Lougansk.

Ce week-end, les combats se sont intensifiés près de Lougansk et Donetsk, après qu’un missile des séparatistes pro-russes a tué dix-neuf soldats ukrainiens vendredi.

Au moins 15 civils sont morts victimes des combats de ces derniers jours.

Situation à l'est de l'Ukraine
Situation à l'est de l'Ukraine © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.