500 millions de comptes mails auraient été piratés.
500 millions de comptes mails auraient été piratés. © Fotolia / © Sergey Nivens - Fotolia.com

Créé en 2008, le logiciel nommé "Regin" a notamment servi à attaquer les réseaux de gouvernements européens, et à créer des brèches de sécurité, en particulier en Russie et en Arabie Saoudite. Un site d'information accuse les États-Unis et l'Angleterre.

Selon The Intercept, le logiciel serait en effet directement lié aux services de renseignement américains et britanniques. Le groupe informatique américain Symantec avait d'ailleurs estimé très vite que Regin était bien trop complexe techniquement pour avoir été créé par des pirates indépendants.

Symantec estime que le logiciel, de par sa complexité, a forcément été supervisé par les services d'un ou plusieurs États.

Les équipes de Symantec ont détecté des brèches de sécurité avérées dans 10 pays, en premier lieu la Russie puis l'Arabie saoudite, qui concentrent chacune environ un quart des infections.

Le temps et les ressources employés indiquent qu'une nation est responsable.

Pas de commentaire de la NSA

Regin a déjà servi dans des attaques informatiques contre les réseaux de gouvernements européens et contre un réseau de télécommunications en Belgique. Il serait référencé dans des documents révélés par Edward Snowden, l'ancien consultant de la NSA à l'origine de révélations sur les pratiques d'espionnage américaines.

Utilisé depuis 2008, Regin avait brutalement disparu des écrans radars en 2011. Avant de faire son retour en 2013, date à laquelle Symantec l'a identifié pour la première fois.

De son côté, la NSA explique qu'elle ne compte pas "commenter des rumeurs".

Le Mexique, l'Irlande, l'Inde, l'Afghanistan, l'Iran, la Belgique, l'Autriche et le Pakistan sont les autres pays touchés par le logticiel espion.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.