Un hommage aux deux journalistes a eu lieu hier à Bamako
Un hommage aux deux journalistes a eu lieu hier à Bamako © EPA/MAXPPP

La France va renforcer sa présence militaire au Mali, des policiers en charge de l’enquête sur la mort des deux journalistes de RFI vont arriver sur place. Le président malien s’engage à tout faire pour retrouver les assassins.

La porte parole du gouvernement, Najat Vallaud Belkacem l’a annoncé hier : la France s'apprête à renforcer sa présence militaire dans le nord du pays pour faire reculer le terrorisme.

3.000 soldats français environ sont en ce moment engagés au Mali. Ils vont être rejoint par des policiers pour l'enquête. Depuis dimanche, des opérations sont menées pour retrouver les assassins des deux journalistes de RFI.

POUR ALLER PLUS LOIN > RFI : France et Mali entre émotion et incompréhension

Des opérations qui se sont poursuivies hier

Une source à la gendarmerie de Gao, la grande ville du nord du Mali, affirme qu'une "dizaine de suspects " avaient été interpellés "dans la région de Kidal " depuis les meurtres.

L'entourage du ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a démenti ces interpellations, mais indiqué que les militaires français disposent "d'indications permettant de remonter la trace" des assassins.

Ce qui est sûr c'est que la France est au Mali pour longtemps, selon le colonel Michel Goya, directeur d'étude à l'institut de recherche stratégique de l'Ecole militaire.

Le Mali fera tout pour retrouver les meurtriers, assure le président malien

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a pris lundi l'engagement de "tout faire" pour retrouver les assassins de deux journalistes français. Dans le Nord du pays, des opérations sont en cours pour localiser les tueurs.

Ceux qui ont osé abattre froidement Ghislaine et Claude, où qu'ils se trouvent, n'auront plus jamais la paix, assure IBK au micro de David Baché.

"Nous ferons tout pour retrouver les coupables ", a déclaré le chef de l'Etat malien en recevant à Bamako des membres de la direction de Radio France Internationale (RFI) où travaillaient les deux journalistes.

Aujourd'hui même, nous avons ouvert une enquête judiciaire sur ces assassinats et ce soir des enquêteurs français sont attendus ici pour travailler main dans la main avec leurs collègues maliens. (Ibrahim Boubacar Keïta)

Reportage de David Baché pendant la cérémonie d'hommage présidée par IBK.

Evoquant la situation à Kidal, à plus de 1.500 kilomètres au nord-est de Bamako, le président malien a déclaré: dans cette ville, "nos forces de sécurité sont confinées, l'arme au pied, Kidal échappe aujourd'hui à notre contrôle ".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.