Celui qui fut longtemps perçu comme un combattant de l'impérialisme et du colonialisme se retire du jeu, contraint et forcé de quitter le pouvoir après un règne de 37 ans.

Robert Mugabé, à gauche, aux côtés de Nelson Mandela, le leader sud-africain a totalement volé la vedette au président du Zimbabwe aux yeux des Africains et des OCcidentaux.
Robert Mugabé, à gauche, aux côtés de Nelson Mandela, le leader sud-africain a totalement volé la vedette au président du Zimbabwe aux yeux des Africains et des OCcidentaux. © AFP / DAVID BRAZIER

Jusqu'au dernier moment, il se sera accroché. Isolé, vieillissant, il a continué à se battre jusqu'au bout. Robert Mugabe aura tenu 37 ans à la tête du Zimbabwe, ce petit pays tout prés de l'Afrique du Sud où vivait le leader noir Nelson Mandela comme l'explique la chercheuse Virginie Roiron : 

L'armée et son parti, ont contraint le dictateur à quitter la tête du pays. Ce n'est pas tout à fait un coup d'état, Mugabe se dit assigné à résidence. Mais cela ressemble plus à une vraie guerre de succession à l'ancienne.

Au mois d'août dernier, le vice-président surnommé "le crocodile", est victime d'une intoxication. On évoque un empoissonnement à la crème glacée ourdi par la femme du chef Grace Mugabe, celle qui rêve du poste afin d’être en première ligne lors de la succession du camarade Bob, 93 ans .

Le crocodile limogé début novembre se réfugie en Afrique du sud et agite son fidèle lieutenant le chef d’État major, lui aussi un historique de l'indépendance et lui aussi très opposé à cette monarchie familiale qui se dessine dans l'ombre de Grace Mugabe, 52 ans, proche de la jeunesse, colérique, friande du luxe, du pouvoir et de l'héritage.

De retour d'une visite à Pékin, où il a probablement obtenu le feu vert du Parti communiste, le chef d'Etat major défie la présidence puis envoie les chars encerclés la résidence. 

Depuis, les deux camps s'opposaient, l'armée d'un côté fidèle au vice-président, et de l'autre, le camp formé par la jeunesse proche de "madame Gucci", le surnom de Grace Mugabe et au milieu un vieux dictateur en bout de course dont le bilan après 4 décennies de pouvoir est un désastre. 

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.