État de dégradation des bus, manque de lignes de métro, absentéisme du personnel, autant de maux qui font régulièrement la Une de la presse en Italie. Les Romains sont invités à se prononcer dimanche sur leurs transports en commun. Un référendum consultatif pour libéraliser ou non le marché.

L’épave d’un bus de la compagnie Atac calciné par un incendie accidentel au cœur de Rome (8 mai 2018)
L’épave d’un bus de la compagnie Atac calciné par un incendie accidentel au cœur de Rome (8 mai 2018) © AFP / Tiziana FABI

Dans une capitale qui compte plus d’habitants que Paris, moins d’une personne sur trois emprunte les transports en commun considérés comme insuffisants et inefficaces. Attendre le bus est d'ailleurs toute une expérience : pas de fiche horaire et encore moins de panneaux lumineux pour vous indiquer le temps d'attente. 

Un service décadent, fulmine Francesca qui se passerait bien d’attendre des heures son bus chaque jour :

Il faut être patient et se lever tôt le matin. Les bus parfois n'arrivent pas et sont en piteux état. On a vu le résultat récemment, un bus a pris feu ! Dans le centre-ville dans une capitale européenne !

On dénombre deux lignes de métro complètes à Rome, la troisième est en cours d’achèvement permanent. Les bus et tramway – sans âge - assurent l’essentiel du maillage. Un bus sur dtrosi de la flotte est hors service.

La régie de transports romains, l’ATAC, est totalement défaillante analyse Andrea Giuricin, professeur en économie des transports :

l’Atac emploie plus de 11 000 personnes, choisies non pas sur des critères de compétence mais par clientélisme comme l’ont révélé des enquêtes. 

À Milan, pour le même nombre de véhicules par kilomètre, il y a 2 500 employés en moins, expliqueAndrea Giuricin. Pour payer le personnel à Rome on dépense trop et on sacrifie les investissements, du coup la flotte des bus vieillit. Atac produit toujours moins de services et coûte toujours plus cher.  

Les romains se prononcent dimanche sur les transports publics
Les romains se prononcent dimanche sur les transports publics © Radio France / Mathild Imberty

Ce sont les Radicaux Italiens, parti minoritaire à Rome, qui portent le référendum de ce dimanche : "Pour ou contre la libéralisation du marché ?" 

Objectif : avoir des transports en commun dignes d’une capitale. Le député romain Ricardo MAGI en est le promoteur : "Les enquêtes ont démontré tant d’abus : l’achat de pièces de rechange à prix exorbitants, une affaire de faux billets, l’embauche de centaines et centaines d’employés par pur clientélisme. Tout cela démontre que l’Atac est une entreprise qui échappe à tout contrôle. Et ce rapport pervers entre la ville de Rome et cette entreprise doit être rompu." 

Peu probable que le quorum nécessaire soit atteint ce dimanche vu le peu de publicité faite autour de référendum consultatif par Virginia Raggi, la Mairie 5 Etoiles qui promettait le changement, a perdu toute crédibilité auprès des Romains sur le sujet.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.