Au Royaume-Uni, le nombre d'élèves décidant d'apprendre le français a chuté de 30% en 5 ans. Et ce n'est pas le seul endroit au monde où l'enseignement du français revêt aujourd'hui des enjeux bien particuliers, comme au Québec ou en Algérie.

Au Royaume-Uni, l'espagnol va bientôt passer devant le français en tant que langue la plus enseignée.
Au Royaume-Uni, l'espagnol va bientôt passer devant le français en tant que langue la plus enseignée. © AFP / Sydney Bourne

En 2020, l’espagnol deviendra la seconde langue enseignée au Royaume-Uni… devant le Français. C’est la conclusion du dernier rapport du British Council. Pis : le nombre d’élèves du primaire et du secondaire optant pour l’apprentissage de la langue française a baissé de 30% en 5 ans.

Comment expliquer ce désamour ? Selon l’étude, les jeunes Britanniques considèrent la langue de Cervantès plus utile dans le monde du commerce, et aussi plus simple à maîtriser qu’une langue française trop épineuse. Un déclin qui a commencé il y a environ 20 ans, souligne le British Council.

En Angleterre, le nombre d'élèves optant pour le français a fortement baissé ces dernières années.
En Angleterre, le nombre d'élèves optant pour le français a fortement baissé ces dernières années. / Capture d'écran British Council

Mais le désintérêt des élèves britanniques pour le français s’inscrit dans le contexte plus large d’une perte d’intérêt pour l’apprentissage des langues étrangères. Ainsi, depuis 2014, le nombre d’étudiants qui décident de poursuivre les langues étrangères après le lycée a chuté de 19%. Pour le British Council, le Brexit est en partie à blâmer : "un quart des enseignants du secondaire ont constaté une baisse de motivation des élèves après l’annonce du Brexit", explique l’étude. Shocking ? 

Au Québec, l'apprentissage du français comme enjeu d'intégration

70 millions de dollars. C’est la somme débloquée par le gouvernement québécois pour développer l’apprentissage du français auprès des immigrés, qui perd du terrain au profit de l’anglais, très largement pratiqué par les nouveaux arrivants. La somme – l’équivalent de presque 50 millions d’euros – servira à promouvoir la langue française, a annoncé le 5 juillet dernier le ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, cité par le média canadien Le Devoir : "Nous nous devons de mettre en place les meilleurs conditions possibles pour _favoriser la francisation des personnes immigrantes_", a ainsi expliqué Simon Jolin-Barrette.

Concrètement, l’allocation accordée aux immigrants qui décident d’apprendre le français à temps plein passe de 141 à 185 dollars par semaine. Les mesures comprennent aussi un meilleur accès aux cours de français pour les immigrants arrivés au Québec depuis plus de cinq ans. La province compte ainsi "franciser", selon l’expression consacrée, 17 500 personnes par an, face au succès galopant de l'anglais.

Ces gens-là vont directement aux cours d'anglais pour ne pas gaspiller leur temps", Pablo Altamirano, directeur de l'Alliance pour l'accueil et l'intégration des immigrants

"On est très mal à l’aise quand on doit refuser quelqu’un qui, pour des raisons de statut, ne peut pas se franciser", témoigne au Devoir Pablo Altamirano, le directeur de l’Alliance pour l’accueil et l’intégration des immigrants : "Ces gens-là vont directement aux cours d’anglais pour ne pas gaspiller leur temps." Au détriment de la langue de Molière. 

Le français effacé des universités algériennes : une arme politique ?

Le français va-t-il continuer d’être enseigné dans les universités algériennes ? C’est la question que pose notamment TV5 Monde. Bouzid Tayeb, le ministre de l’Enseignement supérieur en Algérie, souhaite en effet faire de l’anglais la première langue étrangère enseignée à l’universitéau détriment du français. 

Le français, personne ne le parle", Bouzid Tayeb, ministre de l'Enseignement supérieur en Algérie

"Nos programmes universitaires sur internet sont en arabes. Nous les avons aussi en français, mais _le français, personne ne le parle_", lâche le ministre. "Si nous voulons attirer des étudiants étrangers, il faut traduire ces programmes en anglais."

En Algérie, des opposants voient la posture du gouvernement sur le français comme une arme de diversion politique.
En Algérie, des opposants voient la posture du gouvernement sur le français comme une arme de diversion politique. © AFP / Ryad Kramdi

Khaoula Taleb Ibrahimi, une professeure des universités interrogée par Le Monde, estime que la proposition du gouvernement est en fait une diversion : "La mise en concurrence de ces langues – anglais contre français particulièrement – est plus d’ordre politique et est régulièrement utilisée, soit par le pouvoir, soit par des segments de la société, pour détourner l’attention de questions plus capitales pour l’avenir du pays." La semaine dernière les Algériens ont manifesté pour le 25e vendredi consécutif, appelant à la "désobéissance civile".

Au niveau mondial, la francophonie a de beaux jours devant elle

Le français sera parlé par 477 à 747 millions de personnes dans un demi-siècle. C'est l'Organisation Internationale de la Francophonie qui l'affirme dans ses projections. Une progression fulgurante par rapport aux 300 millions de locuteurs recensés aujourd'hui. Une montée en flèche qui s'explique par l'essor démographique de l'Afrique, qui concentre les deux tiers des francophones.

"Nous n'avons aucune raison particulière d'être pessimiste", déclare Alexandre Wolff, membre de l'OIF, aux Échos. Et ce même si l'enseignement du français est mis à mal dans certains pays d'Afrique comme le Rwanda, où le français a été détrôné par l'anglais en 2010 en tant que langue prioritaire d'enseignement. 

Pour favoriser sa diffusion, l'Institut français, établissement public chargé de faire la promotion de la culture et de la langue française implanté dans de nombreux pays, a vu son budget renfloué. Après une baisse de 25% entre 2011 et 2017 et une stagnation en 2018, les moyens alloués à l'Institut augmenteront de 2 millions d'euros cette année, pour atteindre 41,3 millions d'euros. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.