L'ex chef du gouvernement italien avait été acquitté en 2014 à l'issue du procès pour prostitution de mineure. Il sera jugé cette fois-ci pour subornation de témoins

Silvio Berlusconi se sortira-t-il de ce 3e épisode judiciaire du Rubygate ?
Silvio Berlusconi se sortira-t-il de ce 3e épisode judiciaire du Rubygate ? © AFP / Silvia Lore / NurPhoto

L'ancien président du Conseil sera jugé pour subornation de témoins. Il est soupçonné d'avoir versé plus de dix millions d'euros aux témoins cités lors de ce procès, pour qu'elles témoignent en sa faveur. Sept millions pour la seule Karima El Mahroug, dite Ruby, qui était mineure au moment des fameuses soirées "bunga-bunga".

Pour Me Federico Cecconi, l'avocat de Silvio Berlusconi :

Pour la première fois, on risque concrètement de juger un délit de générosité

L'ancien chef du gouvernement italien a en effet été très très généreux avec les jeunes femmes : argent liquide, cadeaux, voitures, logements, paiement de factures et de frais médicaux, etc. Selon lui des dépenses justifiées pour des jeunes femmes dont la vie a été "abîmée" par le bruit fait autour des procès..

Dans le premier procès de ce "Rubygate", Silvio Berlusconi avait été condamné en première instance à sept ans de prison pour prostitution de mineure et abus de pouvoir, avant d'être définitivement acquitté en mars 2015 par la cour de Cassation.

A 80 ans, les ennuis judiciaires du Cavaliere ne sont pas terminés. Vendredi, la presse italienne a rapporté qu'il faisait l'objet d'une nouvelle enquête pour avoir continué de verser de l'argent jusqu'à récemment à plusieurs autres jeunes femmes. Selon le témoignage de son comptable Giuseppe Spinelli, l'ancien premier ministre a payé "au moins 2.500 euros par mois" à 42 jeunes femmes jusqu'à peu. Des informations confirmées par les écoutes.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.