Ces opposants défient le gouvernement et donc Vladimir Poutine, en manifestant dans toute la Russie pour dénoncer "l'usurpation du pouvoir" par l'homme fort du Kremlin.

Des policiers russes arrêtent un homme dans les rues de Saint Petersbourg au cours d'une manifestation interdite par le pouvoir.
Des policiers russes arrêtent un homme dans les rues de Saint Petersbourg au cours d'une manifestation interdite par le pouvoir. © AFP / OLGA MALTSEVA

Alexeï Navalny, opposant numéro 1 de Poutine, a été arrêté. Lui et les centaines de personnes qui s’apprêtaient à manifester à ses côtés ont été interpellés lundi un peu partout en Russie, juste avant une nouvelle journée de mobilisation "contre la corruption des élites".

Le 26 mars, des milliers de Russes, souvent très jeunes, sont descendus dans la rue dans des dizaines de villes, provoquant la colère du Kremlin qui avait envoyé les forces anti-émeutes pour repousser la foule. Selon l'ONG spécialisée OVD-Info 121 personnes ont été arrêtées à Moscou, 137 à Saint-Pétersbourg mais aussi dans des villes de province de Vladivostok à Norilsk ou encore à Sotchi.

Alexeï Navalny se présente contre Vladimir Poutine à la présidentielle

"Poutine se trouve au pouvoir depuis 17 ans et ne compte pas en partir", dénonce Alexandre Tiourine, lors du rassemblement moscovite. "Il a usurpé le pouvoir, il y a une absence totale de société civile dans le pays, les tribunaux ne fonctionnent pas, la corruption s'est transformée en système." Alexeï Navalny se présente contre Vladimir Poutine à la présidentielle de mars prochain. Il a été interpellé dès la sortie de son domicile, selon sa femme qui communiquait sur le compte officiel de l'opposant : "Salut, c'est Ioulia Navalnaïa. (...) Alexeï a été interpellé à l'entrée de l'immeuble. Il a demandé de vous transmettre que nos projets n'ont pas changé : Tverskaïa."

1 000 personnes avaient été arrêtées

L’opposant a été présenté à un juge pour violations des règles encadrant l'organisation de manifestation et refus d'obtempérer aux injonctions des forces de l'ordre.

Le 26 mars, l’opposant au Kremlin avait beaucoup surpris en organisant une manifestation qui avait réuni des dizaines de milliers de personnes dans toute la Russie. Les jeunes manifestants n’ont pour la plupart connu que Vladimir Poutine au pouvoir. Navalny avait avant cela publié un film-enquête accusant le Premier ministre Dmitri Medvedev de se trouver à la tête d'un empire immobilier financé par des oligarques. Plus de 1 000 personnes, avaient été arrêtées dont Navalny qui avait passé quinze jours en détention.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.