Russie : 18 morts dans un attentat-suicide à Volgograd
Russie : 18 morts dans un attentat-suicide à Volgograd © Radio France

L'explosion s'est produite dans la gare de Volgograd dans le sud du pays. Selon les les services anti-terroristes russes, une femme kamikaze est à l'origine de l'attentat-suicide. Bilan provisoire : 18 morts et 40 blessés. Un autre attentat-suicide dans un bus de la même ville avait fait sept morts et une trentaine de blessés le 21 octobre dernier.

Cet attentat est le plus meurtrier en Russie, en dehors du Nord-Caucase, depuis près de trois ans, et il intervient à moins de six semaines de l'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de Sotchi, dans le sud de la Russie.

Selon la commission d'enquête fédérale russe, la femme kamikaze a actionné ses charges devant un détecteur de métaux, à l'entrée principale de la gare.

Les précisions à Moscou de Pierre Ludwig

L'attentat du 21 octobre avait été attribué par les enquêteurs à une femme de 30 ans nommée Naïda Assialova, originaire du Daguestan, une république russe du Nord-Caucase en proie à une insurrection islamiste.

Selon le porte-parole cité par l'agence de presse RIA, le président russe, Vladimir Poutine, a ordonné aux forces de l'ordre de prendre toutes les mesures nécessaires concernant la sécurité après cette explosion.

Volgograd, l'ancienne Stalingrad, est une ville d'un million d'habitants située à 700 kilomètres environ au nord de Sotchi et à plusieurs centaines de kilomètres d'une série de républiques et régions musulmanes du Nord-Caucase en proie à des violences séparatistes quasi quotidiennes. Le chef de cette insurrection islamiste, le Tchétchène Dokou Oumarov, a appelé ses partisans dans une vidéo mise en ligne en juillet à recourir à "la force maximale" pour empêcher le président Vladimir Poutine d'organiser les JO d'hiver.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.