petro porotchenko
petro porotchenko © MaxPPP

Face à Moscou, le sommet de l'Otan devait apporter jeudi tout son soutien à l'Ukraine, au cœur de la plus grave crise entre Occidentaux et Russes depuis la fin de la Guerre Froide.

Au premier jour de ce sommet, qui réunit une trentaine de chefs d'Etat et de gouvernement jeudi et vendredi à Newport, au Pays de Galles, un président ukrainien Petro Porochenko affaibli devait tenter d'engranger le maximum de soutien des pays membres de l'Alliance, déterminés à accentuer leur pression sur Moscou.

Une coalition contre l'organisation jihadiste

Mais l'autre grand dossier brûlant, la menace représentée par l'Etat islamique en Irak et en Syrie, fera aussi l'objet de réunions en marge du sommet et constituera le thème principal du dîner des chefs d'Etat jeudi soir alors que Washington tente de bâtir une coalition contre l'organisation jihadiste.

Obama et Cameron déterminé à affronter l’El

Alors que l'EI a tué deux otages américains et menace d'exécuter un ressortissant britannique, le président américain Barack Obama et le Premier ministre britannique David Cameron ont réaffirmé leur "détermination à affronter" les extrémistes de l'EI, dans une tribune publiée jeudi par le quotidien The Times. La crise ukrainienne ouvrira les débats du sommet. Dès son arrivée à Newport, le secrétaire général de l'OTAN Anders Fog Rasmussen a de nouveau appelé la Russie à cesser d'intervenir dans l'est de l'Ukraine.

sommet de l'otan
sommet de l'otan © Radio France / idé
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.