mohammed allan
mohammed allan © Reuters / Amir Cohen

La Cour suprême israélienne doit se prononcer aujourd’hui sur le sort de Mohammed Allan, un avocat palestinien, enfermé depuis deux mois. Il est soupçonné d’appartenir au Jihad islamique. L’homme a entamé une grève de la faim pour clamer son innocence.

Mohammed Allan, avocat de 31 ans d’origine palestinienne, est depuis novembre 2014 détenu dans une prison israélienne, pour appartenance au Jihad islamique, une organisation considérée par Israël comme terroriste. Le 18 juin dernier, l’avocat a entamé une grève de la faim pour protester contre son maintien en détention administrative. Mardi, après plusieurs jours de coma, Mohammed Allan, a repris conscience.

Il a "immédiatement" dit à ses médecins "qu'il continuera à faire la grève de la faim jusqu'à sa libération" a rapporté dans un communiqué de Club des prisonniers. "Si on ne trouve pas une solution à son cas dans les 24 heures, il demandera à ce qu'on arrête tout traitement et il arrêtera de boire de l'eau".

La Cour suprême israélienne doit se prononcer aujourd’hui sur son sort. Lundi, le gouvernement israélien s'est dit prêt à le libérer s'il acceptait de partir pour un autre pays durant quatre ans. Son avocat a "rejeté catégoriquement" cette proposition. "Mohammed Allan s'est engagé dans cette bataille avec pour but la liberté, donc nous refusons", a martelé Me Jamil al-Khatib.

Le détenu Allan est devenu un symbole

mohammed allan
mohammed allan © Reuters / Ammar Awad

Un médecin de l'hôpital d'Ashkélon où il se trouve a affirmé devant le tribunal qu'il ne semblait pas avoir subi de lésion irréversible, mais qu'il ne survivrait probablement pas s'il reprenait sa grève de la faim. Son état reste "stable", a dit à l'AFP une porte-parole de l'hôpital Barzilaï. L'hôpital envisage de lui retirer le respirateur artificiel, a-t-elle dit.

Depuis vendredi, des Arabes israéliens et des Palestiniens manifestent en soutien au gréviste de la faim. Lundi encore, des centaines de Palestiniens ont organisé une marche pacifique à Hébron, dans le sud de la Cisjordanie occupée, brandissant des drapeaux palestiniens, et des portraits de Allan et appelant à sa libération.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.