L'une est une collectivité d'outre-mer française, l'autre est à moitié néerlandaise... Les deux sont des destinations touristiques très prisées, notamment des riches célébrités.

Une plage de Saint-Martin juste avant l'arrivée de l'ouragan Irma
Une plage de Saint-Martin juste avant l'arrivée de l'ouragan Irma © AFP / Lionel Chamoiseau

Saint-Barthélemy, l'île aux stars

L'île a été achetée par la France en 1674, cédée à la Suède en 1784 avant de revenir définitivement à la France en 1877. Elle compte aujourd'hui près de 9.500 habitants répartis sur 24 km², et accueille de nombreux résidents étrangers (principalement américains, dont des stars comme Johnny Halliday, Gwynneth Paltrow, Steven Spielberg, Beyoncé, Kate Moss...) Il faut dire que l'île bénéficie d'un statut spécial : ses habitants ne sont pas imposables sur le revenu. Le coût de la vie sur l'île est extrêmement élevé.

Saint-Barthélemy est une Collectivité d'outre-mer, c'est à dire un territoire français d'outre-mer disposant d'un statut et d'institutions spécifiques. Ses habitants, les "Saint-Barths", sont blancs à 95 % (pour la plupart, ils sont originaires de Bretagne et de Normandie). Jusqu'en 2003, Saint-Martin et Saint-Barthélemy étaient le troisième arrondissement de la Guadeloupe, avant une consultation populaire validant le statut spécial de l'île.

Saint-Martin, deux États pour une île

Saint-Martin se situe à 25 km de Saint-Barthélemy, elle-même située à 230 km de la Guadeloupe. L'île comprend deux États, séparés par une frontière commune de 10 km. D'un côté, au nord de l'île, la partie française (collectivité d'outre-mer, comme Saint-Barthélemy) et ses 35.000 habitants. De l'autre, au sud, la partie néerlandaise, État autonome du royaume des Pays-Bas depuis 2010, qui compte 45.000 habitants. Au total, 80.000 personnes habitent Saint-Martin.

L'île fait 93 km² et vit principalement du tourisme. On y parle d'ailleurs principalement l'anglais (même si le français et le néerlandais sont aussi des langues officielles sur place). Elle regroupe également de 70 à 100 nationalités différentes, dont de nombreux immigrés d'Haïti et Saint-Domingue, ce qui lui a valu le surnom de "Friendly island" (l'île amicale).

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.