Les Britanniques renouvellent ce jeudi leur Parlement. Après les attentats de Manchester et Londres, la sécurité s'est invitée dans la campagne, avec l'après-Brexit.

Panneau "Votez raisonnablement pour la Grande-Bretagne" à deux jours des élections législatives
Panneau "Votez raisonnablement pour la Grande-Bretagne" à deux jours des élections législatives © Reuters / Hannah Mckay

Les Britanniques vont élire 650 députés à la Chambre des communes, la chambre basse du Parlement, l'équivalent de l'Assemblée nationale française. Il s'agit d'un scrutin uninominal à un tour. Ces élections législatives anticipées décidées avec surprise par la Première ministre Theresa May devaient être placées sous le signe du post-Brexit. La Première ministre espérait ainsi obtenir une majorité "forte et stable" pour ensuite pouvoir négocier avec les Européens. Puis les attentats sont arrivés et le débat s'est déplacé vers la sécurité du pays après trois attaques en trois mois.

►LIRE AUSSI | En Grande-Bretagne, les législatives vues de Oldham, ville la plus pauvre d'Angleterre

Le Parti conservateur (Tories) de Theresa May qui dispose de 330 députés à la Chambre des communes devrait connaître un revers.

La sécurité s'est invitée dans la campagne pour les législatives en Grande-Bretagne
La sécurité s'est invitée dans la campagne pour les législatives en Grande-Bretagne © Reuters

Le travailliste Jeremy Corbyn s'empare du thème de la sécurité

La décision de Theresa May d'organiser ces élections anticipées devrait finalement bénéficier au Parti travailliste de Jeremy Corbyn.

►ÉCOUTER | "Il est ouvert d’esprit, et il ne soutient pas les vieilles politiques" : le reportage d'Antoine Giniaux sur la renaissance de Corbyn, surtout auprès des jeunes électeurs

Les révélations sur certains des auteurs des attentats, connus des services de police, posent la question des moyens dont disposent les services de la sécurité intérieure britannique pour prévenir de telles attaques

LIRE AUSSI | Législatives en Grande-Bretagne : sécurité renforcée autour des bureaux de vote

Jeremy Corbyn rappelle les 20 000 suppressions de postes auxquelles Theresa May avait procédé pendant les six années qu'elle a passées au ministère de l'Intérieur (2010-2016). En seulement une journée, environ deux millions de personnes ont vu cette vidéo (ci-dessous) où Theresa May annonce des réductions d'effectifs dans la police. Et que Jeremy Corbyn se réjouit de retweeter régulièrement :

Le chef de file du Labour a demandé la démission de la chef du gouvernement. Mais Corbyn est lui-même critiqué pour avoir voté contre une loi sur l'antiterrorisme et pour avoir exprimé des réserves sur la stratégie policière de réponse létale en cas d'attentat. Il se voit également reproché ses anciennes sympathies pour le Hamas palestinien, le Hezbollah libanais et le Sinn Féin, le bras politique de l'IR

Grande-Bretagne : Jeremy Corbyn, leader du parti travailliste, remonte dans les sondages
Grande-Bretagne : Jeremy Corbyn, leader du parti travailliste, remonte dans les sondages © Reuters

Theresa May n'a qu'un mot à la bouche : fermeté

"Des discussions fermes sont nécessaires sur toute cette question du financement du terrorisme et du financement de l'extrémisme", a déclaré Theresa May.

Les attentats qui ont touché le Royaume-Uni pourraient avoir des conséquences dans les urnes lors des élections anticipées que la chef du gouvernement avait convoquées avec la volonté de disposer d'une majorité renforcée et l'espoir de se présenter avec un mandat "fort et stable" à la table des négociations face aux Européens.

Les premiers résultats sont attendus vers 1 heure du matin vendredi (heure de Paris).

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.