Joseph Blatter
Joseph Blatter © / Marcello Casal Jr. / ABr

Le président de la Fédération internationale de football qui a annoncé son départ pour le mois de février prochain est rattrapé par la justice suisse. Une procédure est désormais ouverte contre lui pour "soupçon de gestion déloyale" et pour un "paiement déloyal" dont le bénéficiaire aurait été Michel Platini.

Le président de la FIFA, qui laissera sa place le 26 février prochain, après le scandale de corruption qui secoue l'institution et les soupçons qui pèsent sur son numéro 2 Jérome Valcke, est désormais directement visé par une procédure pénale dans laquelle apparait le nom de Michel Platini, favori pour lui succéder.

Cette après midi, Joseph Blatter devait donner une conference de presse à Zurich, la première prise de parole du president de la Fifa depuis l'eviction de Jérôme Valcke, le secretaire général de l'oragnisation accusé d'avoir revendu à son profit des billets pour le Mondial brésilien, le 17 septembre dernier.

Cette conférence de presse evidemment très attendue a été annulée sans explication. L'explication elle est arrivée vers 16 heures 30 : une procédure pénale a été ouverte aujourd'hui contre Sepp Blatter. A Zurich, c'est le ministère public de la confédération qui a ouvert cette procédure pour "soupçon de gestion déloyale" et subsidiairement "abus de confiance". Dans le même temps, le MPC annoncait une perquisition dans le bureau du président de la FIFA. La justice s'intéresse donc de très près à Jérôme Valcke, à Joseph Blatter et à Michel Platini. Le procureur suisse a en effet précisé que Joseph Blatter était soupçonné d'un paiement deloyal de 2 million de francs suisses en faveur de Michel Platini désormais président de l'UEFA et favori dans la course à la succession de Sepp Blatter. Une somme perçue en février 2011 prétendument pour des travaux effectués entre janvier 1999 et juin 2002. Dernière précision : Si Joseph Blatter a été auditionné en tant que prevenu, Michel Platini l'a été en qualité de témoin.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.