Le Français, condamné à mort pour trafic de stupéfiants en Indonésie, pourrait être exécuté dès la fin du ramadan. La justice indonésienne a rejeté son dernier recours contre le refus du président indonésien de lui accorder une grâce.

Le compte à rebours commence pour Serge Atlaoui
Le compte à rebours commence pour Serge Atlaoui © Reuters / Beawiharta

Il clame toujours son innocence, mais la justice indonésienne fait la sourde oreille. Le Français disposait jusqu'ici d'une dernière chance : pousser le président indonésien à le gracier. Mais la cour administrative de Djakarta rejeté sa demande. "Nous sommes déçu par cette issue", déclare son avocate. "Depuis le début, nous savons qu'il n'a rien fait de mal. "

► ALLER PLUS LOIN | Tout comprendre sur l'affaire Atlaoui et la peine de mort en Indonésie

"Une exécution dommageable pour l'Indonésie" (F. Hollande)

Agé de 51 ans, Serge Atlaoui clame depuis le début son innocence. Ce soudeur de formation était venu en Indonésie en 2005 pour un chantier. Il dit avoir ignoré que l'usine où il travaillait cachait un laboratoire de fabrication d'ecstasy. Logique, pour son avocate, puisqu'il "ne savait rien de ces composants chimiques. Il est un simple technicien spécialiste en soudure."  La défense assure qu'elle compte explorer toutes les voies juridiques pour sauver son client, mais le parquet général (qui se félicite de la décision) assure qu'il ne reste plus aucun recours possible .

Devant l'échec de la voie judiciaire, il reste toutefois la voie diplomatique. Serge Atlaoui devait être exécuté fin avril en compagnie de huit autres condamnés à mort, dont sept ressortissants étrangers, mais un sursis lui avait été accordé in extremis. L'exécution de ces ressortissants étrangers (dont deux Australiens et un Brésilien) avait suscité des condamnations internationales.  Les autorités françaises continuent à lancer des appels contre l'exécution de leur ressortissant, "une exécution qui serait dommageable pour l'Indonésie , dommageable pour les relations que nous voulons avoir avec elle", menace François Hollande.

Au tribunal ce lundi, le représentant de l'ambassade de France n'a fait aucun commentaire.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.