Serge Atlaoui risque l'exécution en Indonésie.
Serge Atlaoui risque l'exécution en Indonésie. © EPA/Newscom/MaxPPP

La Cour suprême d'Indonésie a rejeté mardi l'ultime recours du Français Serge Atlaoui, condamné à mort pour trafic de drogue. Il risque d'être fusillé dans les semaines à venir. Laurent Fabius se dit "extrêmement préoccupé", la famille dénonce une condamnation politique.

L'Indonésie possède l'une des législations antidrogues les plus sévères du monde et elle vient encore de le prouver en rejetant l'ultime recours de Serge Atlaoui. La Cour suprême a fait savoir qu'il n'y avait "aucun élément" permettant de réviser ou d'alléger la peine du Français âgé de 51 ans.

Incarcéré depuis dix ans dans ce pays d'Asie du Sud-Est, ce dernier avait été arrêté en 2005 dans un laboratoire clandestin de production d'ecstasy près de Jakarta et condamné deux ans plus tard à la peine capitale. Serge Atlaoui a toujours clamé son innocence : artisan-soudeur, il pensait alors installer des machines industrielles dans ce qu'il croyait être une usine d'acrylique.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Tout comprendre sur l'affaire Serge Atlaoui avec "Un jour dans le monde"

Paris espère "un geste de clémence"

Lundi, la famille de Serge Atlaoui a imploré François Hollande et l'Union européenne de mettre tout en œuvre pour le sauver. Mercredi, au cours d'une conférence de presse à l'Elysée avec son homologue ukrainien, Petro Porochenko, François Hollande a rappelé qu'il avait déjà œuvre auprès des autorités indonésiennes pour que la grâce puisse être accordée et que la peine ne soit pas exécutée. Le Président a également lancé un nouvel appel à l'Indonésie :

Encore aujourd'hui je lance un appel pour qu'il n'y ait pas cette exécution qui serait dommageable pour l'Indonésie, dommageable pour les relations que nous voulons avoir avec elle, dommageable pour l'esprit qui doit être le nôtre: la justice doit rester à la justice mais la peine de mort ne doit plus être prononcée dans aucun pays du monde.

La France "continue à espérer un geste de clémence" après le rejet du recours de Serge Atlaoui, a affirmé ce mardi le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius :

Nous sommes extrêmement préoccupés par cette décision et cette menace qui, si elle était mise à exécution, aurait évidemment des conséquences sur les relations entre ce pays et la France . Ce qui nous choque dans cette affaire, c'est bien évidemment le sort de notre compatriote, mais aussi le fait que tout le monde reconnait qu'il n'a joué qu'un rôle mineur, à supposer qu'il a joué un rôle , et ceux qui dirigeaient cette affaire de drogue, qui étaient des Indonésiens, n'ont pas été condamnés à la même peine.

Sur Twitter, le Premier ministre a lui aussi assuré de son soutien Serge Atlaoui et sa famille.

**Son frère André lance un appel solennel à l'Union européenne et aux politiques et citoyens français (contacté par Rachel Noël)**
**Pour sa femme Sabine, c'est le devoir de la France, pays des droits de l'homme opposé à la peine de mort, d'agir pour sauver Serge Atlaoui (au micro de Béatrice Dugué)**
Serge Atlaoui pourrait être fusillé dans les semaines à venir. Le parquet général indonésien a fait part de son empressement à procéder à une deuxième vague d'exécutions, après celle de janvier. Six personnes, dont cinq étrangers, avaient été condamnés à mort. Cela n'était plus arrivé depuis 2013.
Atlaoui : son ultime recours rejeté
Atlaoui : son ultime recours rejeté © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.