Chaque semaine, France Inter se penche sur les signes avant-coureurs de l'actualité internationale. Aujourd'hui, Israël qui vend des armes à l’Azerbaïdjan pour mieux espionner l'Iran, la paix au Soudan signée mais dure à appliquer, et les Européens qui se mobilisent contre l’élevage d'animaux en cage.

Un leader d'un des groupes rebelles après la signature de l'accord de paix inter-soudanais le 31 août
Un leader d'un des groupes rebelles après la signature de l'accord de paix inter-soudanais le 31 août © AFP / Akuot Chol

Au Soudan, un accord de paix et maintenant ? Après 17 ans de guerre, 300 000 morts et 2,5 millions de déplacés, le pays ouvre un nouveau chapitre. L'accord de paix, paraphé fin août, va officiellement être signé samedi entre les deux adversaires. Des chefs d'États africains feront le déplacement pour assister à cette signature historique à Juba, capitale du jeune voisin du Soudan du Sud.

Le pouvoir de Khartoum, représenté par le général Abdel Fattah al-Burhane, président du Conseil souverain, le vice-président Mohamed Hamdan Daglo et le Premier ministre Abdallah Hamdok rencontreront les groupes rebelles. La majorité d'entre eux ont accepté de signer cet accord sauf deux.  

Si le texte "est appliqué à la lettre, il conduira à la paix", espère Souleiman al-Dabailo, membre de la Commission gouvernementale pour la paix joint par l'AFP. Preuve que, même si l'encre des signatures sèche, la fin des combats n'est pas acquise. L'accord prévoit notamment le partage du pouvoir avec les insurgés signataires. Qu'en est-il pour les deux groupes qui n'ont pas signé ? La question du financement de cet accord pose aussi question. Il prévoit le retour des réfugiés, une justice transitionnelle, des compensations pour les victimes du conflit, l'intégration des combattants.

Le Soudan a perdu les trois quarts de ses réserves de pétrole depuis la prise d'indépendance du Soudan du Sud, en 2011. La situation économique du pays est catastrophique. D'après l'ONU, les prix des aliments ont triplé au Soudan en un an. Le pays a également connu de violentes inondations, 700 000 personnes ont été affectées selon les Nations unies.

Israël vend des armes à Bakou pour espionner l'Iran

Frictions diplomatiques entre l'Arménie et Israël dans le conflit dans le Haut-Karabakh. Erevan a décidé de rappeler son ambassadeur en poste en Israël pour dénoncer les ventes d'armes de l'État hébreu à son adversaire l'Azerbaïdjan. Israël est en effet le premier fournisseur de Bakou en armement selon le SIPRI, l'Institut international de recherche de la paix de Stockholm, des contrats de ventes d'armes dépassant les 375 millions de dollars ont été passés entre les deux pays sur les deux dernières années. 

Selon la presse israélienne, une nouvelle gamme de drones militaires a ainsi été livrée à l'Azerbaïdjan. Des systèmes de défense antiaériens ont également été vendus à Bakou par le passé.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Depuis cinq ans, l'État hébreu s'est rapproché de Bakou multipliant considérablement ses importations au point de supplanter deux autres fournisseurs de poids que sont la Russie et la Turquie. Moscou qui, au demeurant, soutient l'Arménie dans ce conflit du Haut-Karabakh. 

L'Azerbaïdjan a aujourd'hui sans conteste une longueur d'avance sur son adversaire arménien. Depuis une dizaine d'années, il s'est équipé dix fois plus en matériel de guerre qu'Erevan. Et ce malgré l'embargo qui frappe les deux ennemis depuis le début des années 1990, un embargo décrété par l'OSCE, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe et les Nations unies. 

L'UE sanctionne la Biélorussie

Les 27, qui ne reconnaissent pas les résultats de la réélection d'Alexandre Loukachenko, discutaient depuis plusieurs semaines sur d'éventuelles sanctions contre les autorités biélorusses. Ils se sont finalement mis d'accord pour sanctionner une quarantaine de responsables biélorusses, accusés de répression contre l'opposition ou de falsification du résultat de l'élection présidentielle. Ces sanctions, qui seront "effectives dès vendredi", gèlent les avoirs dans l'UE des personnes concernées, qui sont également interdites d'entrée sur le territoire de l'Union. Alexandre Loukachenko n'est pas personnellement visé par ces mesures. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

La semaine prochaine Angela Merkel recevra à Berlin la cheffe de l'opposition biélorusse, Svetlana Tikhanovskaïa. Cette dernière, soutenue par de nombreuses capitales européennes, a également rencontré Emmanuel Macron cette semaine, lors d'un déplacement du président français en Lituanie, où elle est réfugiée depuis l'élection. 

La fin de l’élevage d'animaux en cage ? 

La question devrait susciter le débat dans les prochaines semaines, voire mois. Une pétition vient de recueillir 1 397 113 signatures de citoyens européens pour dire non aux cages d'élevages. Le nombre de signataires est tellement élevé que la pétition, lancée par Compassion in World Farming (CWF) et soutenue par 170 associations, va être soumise à la Commission européenne. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les associations qui militent pour le bien-être animal espèrent une réelle évolution des mentalités, et ont bon espoir. La Commission européenne s'est déjà prononcée en faveur d'un vrai changement avec son plan "De la ferme à la fourchette" qui vise "à garantir la sécurité et la qualité des denrées alimentaires et des aliments pour animaux, le respect de normes élevées concernant le bien-être et la santé des animaux et la protection des végétaux". Actuellement, en Europe, plus de 300 millions d'animaux sont élevés en cage.

En bref, le chef de l'Otan en méditerranée orientale et des massacres qui inquiètent l'ONU en Colombie

Le chef de l'Otan, Jens Stoltenberg, se rendra à Ankara et à Athènes en début de semaine pour apaiser les tensions en méditerranée orientale. Depuis cet été, la Grèce et Chypre dénoncent la violation par la Turquie de leurs eaux territoriales pour l'exploitation de gisements d'hydrocarbures. 

En Colombie, au moins 42 massacres ont été enregistrés cette année, le nombre le plus élevé depuis 2016 et les accords de paix avec les Farc. L'ONU s'inquiète car ces crimes "ont lieu principalement dans des zones de pauvreté où l'Etat est peu présent et où règnent l'économie illégale et les disputes entres groupes armés illégaux et organisations criminelles".