Chaque semaine, France Inter se penche sur les signes avant-coureurs de l'actualité internationale. Au programme ce vendredi : la nouvelle loi sur la sécurité à Hong-Kong, une mauvaise nouvelle venue d'Arctique et des discussions sur les frontières maritimes entre Israël et le Liban.

Tony Chung, 19 ans, jeune activiste de Hong-Kong est aujourd'hui  poursuivi pour "sédition" en vertu de la nouvelle Loi sur la Sécurité imposée par Pékin. Il risque 10 ans de réclusion.
Tony Chung, 19 ans, jeune activiste de Hong-Kong est aujourd'hui poursuivi pour "sédition" en vertu de la nouvelle Loi sur la Sécurité imposée par Pékin. Il risque 10 ans de réclusion. © Maxppp / ALEX HOFFORD

Pékin serre la vis à Hong Kong

La nouvelle loi sur la sécurité que Pékin a imposé à l'île au début de l'été et malgré les manifestations quasi quotidiennes pour l'éviter, est enfin mise en œuvre. Elle a permis, ce jeudi, l'arrestation de Tony Chung, l'un des jeunes activistes les plus en vue du mouvement de contestation hongkongais. Ancien membre de "Student Localism", un groupuscule, aujourd'hui dissout, qui prônait l'indépendance de Hong Kong, région semi-autonome du sud de la Chine, Tony Chung a été appréhendé mardi a deux pas du consulat des États-Unis où il était sur le point de déposer une demande d'asile politique. Le jeune homme a été inculpé pour "sécession", "blanchiment d'argent" et "complot en vue de publier des contenus séditieux", autant de chefs autorisés par la nouvelle loi et qui pourraient lui valoir jusqu'à 10 ans de réclusion.

D'après l'accord de rétrocession passé en 1997 entre Londres et Pékin, la Chine devait laisser l'ancienne colonie britannique jouir d'une large autonomie pendant au moins 50 ans, selon la formule consacrée "un pays, deux systèmes". La nouvelle loi sur la sécurité écorne sérieusement ce régime. Elle donne aux autorités de nouveaux pouvoirs pour réprimer ce qu'elles considère comme étant des atteintes à la sécurité de l'État tels que la subversion, la sécession, le terrorisme et la collusion avec des forces extérieures. Jugée liberticide par le mouvement pro-démocratie, cette loi a jeté un froid dans la région administrative spéciale. Désormais, l'expression de convictions indépendantistes ou le fait de demander une plus grande autonomie est proscrit. Et passible de peines de prison.

Mauvaise nouvelle pour l'Arctique

La mer de Laptev est toujours libre de glace. Située entre les côtes sibériennes et les îles de Sibérie orientale, sur le littoral nord de la Russie, la mer de Laptev est l'endroit où, habituellement, se forment les glaces constituant le gros de la banquise arctique. D'ordinaire, celle-ci dérive ensuite plein nord durant les 6 mois d'hiver polaire avant de se désagréger au printemps à hauteur de l'archipel norvégien du Svalbard. Normalement les glaces de la Mer de Laptev se forment à l'automne, à partir de septembre, sauf cette année.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

En cause, bien sûr, le réchauffement climatique mondial et notamment la vague de chaleur qui a recouvert la Sibérie cet été déclenchant des incendies qui ont détruit une surface de taïga équivalente à la taille d'un pays comme la Grèce. Ces incendies ont également réchauffé les eaux en mer de Laptev d'au moins 5°C, ce qui explique largement l'absence de banquise fin octobre.  Le blanc de la banquise permet normalement de renvoyer une partie des rayons du soleil. Sans elle, le réchauffement climatique mondial s'accélère d'avantage.

En bref

Nouvelle vente d'armes américaines à Taïwan. Après une enveloppe de 1,8 milliards de dollars validée par le Congrès des États-Unis pour équiper l'île chinoise de matériel militaire américain dernier cri, Washington vient d'annoncer une vente d'armes supplémentaire à Taïwan pour un montant estimé à 2,4 milliards de dollars. Cette nouvelle transaction porte sur 100 systèmes de défense côtière qui peuvent compter jusqu'à 400 missiles d'une portée maximum de 125 km, c'est-à-dire capable de couvrir la totalité du détroit séparant l'île de la Chine continentale. Pékin considère Taïwan comme l'une de ses provinces et menace de recourir à la force en cas de proclamation formelle d'indépendance.

Les lois anticorruption invalidées en Ukraine. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a qualifié d'"inacceptable" la décision prise jeudi par la Cour constitutionnelle d'invalider certaines mesures anticorruption, en convoquant une réunion "d'urgence" du Conseil de sécurité nationale. Saisie par une cinquantaine de députés pro-russes, la Cour constitutionnelle de cette ex-république soviétique a annoncé mercredi soir rendre caduc des mesures anticorruption en vigueur depuis plusieurs années, les jugeant trop sévères. 

Le Liban et Israël discutent en mer. Toujours officiellement en guerre, les deux pays ont tout de même achevé jeudi le second cycle de pourparlers pour délimiter leur frontière maritime. Le but : lever les obstacles à la prospection d'hydrocarbures dans les zones économiques exclusives des deux pays. Le contentieux maritime concerne une zone de 860 km². Le dossier des hydrocarbures est particulièrement stratégique pour le Liban en faillite, qui mise sur la prospection pour enrayer un effondrement économique total.