Des révélations du New York Times sur les déclarations fiscales que Donald Trump s'est toujours refusé à dévoiler ont surgi ce dimanche dans la course à la Maison Blanche, avant son premier débat très attendu face au démocrate Joe Biden. Que faut-il retenir de cette enquête du New York Times ?

Donald Trump (illustration)
Donald Trump (illustration) © Getty / Jabin Botsford/The Washington Post

Le "milliardaire" Donald Trump n'a pas payé d'impôts sur le revenu... ou si peu !  Le New-York Times a enquêté sur les revenus du Président américain. Ce dernier a toujours refusé en effet de dévoiler ses feuilles d'impôts, comme c'est normalement le cas pour les candidats à une élection américaine. Il s'est toujours vanté d'être très riche, et a joué en grande partie sur cette image de businessman à succès pour être élu en 2016. En réalité, selon le quotidien qui publie ce lundi une enquête de 40 pages, l'homme d'affaires serait plutôt  endetté.

Donald Trump n'a payé que 750 dollars d'impôts sur le revenu 

Le président américain Trump n'a quasiment payé aucun impôt fédéral ces dernières années : 750 dollars par exemple en 2016 et 2017.  On comprend mieux pourquoi il n'a jamais voulu révéler ses déclarations d'impôts et avis d'imposition. Et sur les 15 années précédentes, il n'a payé que cinq fois des impôts sur le revenu.

Ses terrains de golf sont déficitaires, son grand hôtel de Washington est déficitaire...  Son seul vrai succès est la Trump Tower à New York : 336 millions de profits depuis 2000, grâce aux restaurants et aux commerces. Voilà ce qui lui a permis de garder la tête hors de l'eau… Mais pas d'éponger toutes ses dettes. 

300 millions de dollars de dettes

Au total, Donald Trump serait endetté à hauteur de 300 millions de dollars... Ses trois terrains de golf en Europe (deux en Écosse et un en Irlande) accusent un déficit de 63,6 millions de dollars. En tout, depuis 2000, Donald Trump a enregistré 315,6 millions de dollars de pertes sur ses golfs.

"The Apprentice" lui a permis de "jouer" les magnats... sans en être un

Donald Trump a co-produit l'émission de télé-réalité  "The Apprentice", et cela lui a permis de se  forger une image d'homme d'affaires à poigne charismatique. Dans une grande salle de réunion de la Trump Tower, il  éliminait un candidat par émission, en disant : 

"You are fired !" ("Tu es viré !")

En réalité, Donald Trump a réussi à vendre une image de riche homme d'affaires alors qu'il perdait de l'argent, d'année en année.  Et le New-York Times de plaisanter : 

"Finalement, Mr Trump a bien joué le rôle de magnat des affaires plutôt qu'en en étant un dans la vraie vie."

"The Apprentice", les licences qui vont avec (livres, vidéos etc.) ont rapporté à Donald Trump 427,4 millions de dollars. Et il a saupoudré cette somme dans des businesses qui ont "englouti" son cash. Par exemple, il a investi dans ses terrains de golf qui, au final, sont déficitaires.

Trump président vs Trump businessman : de probables conflits d'intérêts 

Donald Trump n'a jamais voulu vraiment passer la main dans ses affaires depuis qu'il a été élu en 2016... Or, c'est bien parce qu'il est président que de nombreux nouveaux membres très fortunés sont arrivés à son golf de Mar a Lago en Floride. Il a ainsi encaissé cinq millions de dollars par an.

Pour Donald Trump, coiffeur, avion personnel, résidences sont des frais professionnels  

Donald Trump a toujours mené un grand train de vie, même lorsque les affaires n'allaient pas bien. Et ce train de vie est devenu des "business expenses" des dépenses professionnelles "nécessaires pour ses affaires".

Par exemple, il a passé en frais professionnels toutes ses résidences, son avion privé. Même ses frais de coiffeur pour 70 000 dollars lorsqu'il devait faire des apparitions télé.

Le New York Times fait un focus notamment sur des activités financières et fiscales douteuses autour d'un autre de ses domaine très luxueux, à une heure de New-York. Le domaine Seven Springs est déclaré par Donald Trump comme un bien d'investissement, pas comme une résidence principale, ce qui permet aux États-Unis de réduire ses impôts. Or, l'un des fils de Donald Trump, Eric, a plusieurs fois appelé cette maison "la maison familiale". En 2014, Eric Trump avait dit à Forbes "c'est vraiment notre base". En grandissant, lui et son frère Donald Jr. ont passé de nombreux étés dans cette propriété. Le site même de l'Organisation Trump présente la domaine de Seven Springs aujourd'hui encore comme "un lieu de retraite pour la famille Trump".

Et puis entre 2010 et 2018, Donald Trump a déclaré une dépense professionnelle de 26 millions de dollars de frais de consulting pour ses affaires en Azerbaïdjan, à Dubaï notamment. "Qui sont les consultants ?", se demande le New-York Times. Le journal rappelle que ses enfants, notamment Ivanka, ont signé de tels contrats de consulting...

Au total, deux des déductions d'impôts réalisées par Donald Trump (Seven Springs et le Club de golf de Los Angeles) font actuellement l'objet d'une enquête du Procureur général de New York qui examine si ces déductions d'impôts n'ont pas été exagérées.

Des centaines de millions en prêts 

Donald Trump aurait emprunté au total pour 421 millions de dollars toujours dus, qui devront être remboursés dans les 4 ans à venir. 

"S'il est réélu, ses créditeurs devront décider s'ils poursuivent le président en exercice."

C'est une affaire à suivre puisque le New York Times ne compte pas s'arrêter là, et promet d'autres informations sur les finances de Donald Trump dans les jours à venir.

De son coté, Donald Trump et son équipe affirment que l'enquête du New York Times n'est que "fake news" et assure avoir payé beaucoup d'impôts locaux et d'impôts à New York.

Sur les réseaux sociaux, les impôts (taxes) de Trump sont LE sujet du jour. Avec des mots-clés apparus sur Twitter : #TrumpIsBroke (Trump est fauché), #TrumpIsNotaBillionnaire (Trump n'est pas milliardaire), #TrumpTaxReturns

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.