Alors que les rassemblements après la mort de George Floyd commençaient à marquer le pas outre-Atlantique, la mort d'un autre jeune homme noir, tué par un officier de police à Atlanta ce week-end, a relancé les mouvements.

Une nuit de manifestations à Atlanta après la mort d'un jeune homme noir, Rayshard Brooks lors de son interpellation par la police
Une nuit de manifestations à Atlanta après la mort d'un jeune homme noir, Rayshard Brooks lors de son interpellation par la police © AFP / Ben Hendren / Anadolu Agency

1. L'image

Une pancarte, trois mots qui sont devenus l'une des revendications entendues dans les manifestations protestant contre la mort de George Floyd : "Defund the Police", Coupez les financements de la police. C'est dans la nuit d'Atlanta, le 14 juin, que le cliché a été pris. Nouvelles manifestations après la mort d'un homme noir, Rayshard Brooks, lors de son interpellation dans un restaurant "drive" de la ville. Il s'était endormi au volant, bloquant l'allée du restaurant. Il a résisté à l'interpellation, s'est saisi du taser de l'un des officiers qui l'a abattu. Immédiatement, de nouvelles manifestations ont éclaté. Le restaurant a été incendié.

Pancarte brandie par un homme noir portant un tee shirt "Black Lives Matter" (BLM), les vies noires comptent. Il porte un masque, peut-être pour se protéger d'éventuels gaz lacrymogènes, si la manifestation dégénère. 

L'image se passe de contexte. Peu importe, finalement, qu'elle ait été prise à Atlanta ou dans une autre ville américaine, à l'occasion de la mort aux mains de la police de Rayshard Brooks ou d'un autre suspect de couleur. Ce qui compte, c'est le message, que l'on entend désormais dans chaque défilé. 

Rien d'autre que ce visage, ce tee-shirt, cette pancarte dont les mots se détachent sur la nuit noire. Et tout est dit.

2. Le message

Il s'agirait donc de couper ou baisser les fonds alloués à la police. Une thématique qui s'est invitée dans la campagne électorale pour la présidentielle de l'automne. Les partisans de Donald Trump s'en sont emparés. Face au président, défenseur de "la loi et l’ordre", ils entendent présenter son adversaire, le démocrate Joe Biden, comme un dangereux anarchiste. Ce dernier ne soutient pourtant pas le mouvement "Defund the Police", qui est à la fois critiqué par son aile gauche et les syndicats de police. 

Et d'ailleurs, les demandes visent plutôt à changer les priorités pour favoriser dans les budgets l'éducation ou le logement plutôt que le maintien de l'ordre. Ainsi, le maire de New York Bill de Blasio a annoncé son intention de baisser le budget de la police, qui représente environ 6 milliards de dollars, pour financer davantage de services sociaux. La maire de San Francisco entend aussi redistribuer une partie du budget de la police vers les actions en faveur de la communauté noire de la ville. Le budget de la police est reconsidéré aussi à Los Angeles...

Au-delà du budget, ce sont aussi les méthodes de maintien de l'ordre qui sont revues, voire considérées comme un crime. C'est le cas du recours à la prise d'étranglement en pesant sur le cou du suspect, technique qui fut fatale notamment à George Floyd. 

Les sanctions contre les policiers sont enfin plus nettes, ou plus rapides. Les agents impliqués dans la mort de George Floyd ont été arrêtés. La mort de Rayshard Brooks est considérée comme un homicide et les deux policiers ont été sanctionnés. L'enquête ouverte dans l'État contre Garrett Rolfe était la 48e depuis le début de l'année, selon ABC news, la 15e dont l'issue fut fatale au suspect interpellé.

3. Derrière l'image

D'autres images accompagnent l'image, comme celle du restaurant où le drame d'Atlanta s'est joué le week-end dernier, incendié par des émeutiers.

Certains y voient un geste politique.

La politique, justement, n'est jamais très loin à quelques mois de la présidentielle. Au-delà du slogan "Defund the Police", chacun prend position. C'est ainsi la maire d'Atlanta, Keisha Lance Bottoms, que l'on donne comme colistière éventuelle de Joe Biden, qui a obtenu la tête de la chef de la police.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.