Une photo de soldats en tenue de camouflage et armés, devant le Lincoln Memorial à Washington, alors que tout le débat sur les violences policières est relancé depuis une semaine après la mort de George Floyd à Minneapolis, a fait le tour de la toile. Décryptage.

Les soldats de la Garde nationale déployés devant le Lincoln Memorial à Washington DC
Les soldats de la Garde nationale déployés devant le Lincoln Memorial à Washington DC © Getty / Win Mcamee via AFP

Chaque jour dans Snapshot, la Rédaction internationale de Radio France analyse une image forte autour de la mobilisation suite à la mort de George Floyd aux États-Unis.

L'image

Cette photo a été prise le 2 juin, par un photographe professionnel de l'agence Getty, Win Mcnamee, au lendemain d'une manifestation réprimée par la police devant la Maison Blanche à Washington, la capitale fédérale américaine. On y voit les membres de la Garde nationale de Washington D.C., entité qui dépend du ministère des Armées, devant le monument en honneur au Président Lincoln, qui symbolise la tolérance et l'Union.  

Une autre journaliste, Martha Raddatz de la chaine de télévision ABC,  a également posté plusieurs autres photos le même jour prises au même endroit :

Sur cette photo, on voit les Gardes nationaux (DC National Guard) de Washington en tenue militaire, en armes, donnant l'impression qu'ils défient les manifestants, qu'ils les menacent. Cette photo a eu un fort impact sur les Américains, provoquant des déluges de critiques ou au contraire d'applaudissements pour cette force militaire.

Le message

La Garde Nationale aux Etats-Unis est normalement apolitique, et ne doit en aucun cas prendre parti. Chaque Etat a sa propre Garde Nationale, et le gouverneur de l'Etat peut décider de la déployer par exemple en cas de catastrophe naturelle. Or, la capitale, Washington, n'est pas située dans un Etat. Donc, contrairement aux Gardes nationales des 50 Etats américains, celle de Washington dépend de l'Etat fédéral, en l'occurrence du ministère de la Défense. Forcément, cette image montre que la Garde nationale de Washington a été déployée par Donald Trump et a pris une position politique clairement anti-manifestants pour effrayer voire opprimer les manifestants. 

Mais selon le porte parole Sgt Craig Clapper, les troupes ont été appelées pour protéger le Mémorial après qu'il y ait eu "quelques dégradations mineures" sur le bâtiment la veille. Et pour calmer les esprits, la Garde nationale a posté un tweet  présentant l'une de ses recrues, une jeune femme, qui explique à quel point elle aime servir la population : 

Selon le magazine Forbes, au moins 23 Etats ont déployé leur Garde Nationale en soutien aux forces de police depuis le début des manifestations le 25 mai.

Derrière l'image

La question qui vient alors à l'esprit est :

Qui au Pentagone a cru que ça ferait une bonne image ? 

Cette question est posée par le spécialiste d'art et architecture du quotidien Washington Post Philip Kennicott, qui ajoute : 

"Qui croyait que l'Amérique avait besoin d'une photo devenue virale montrant des militaires en tenue de camouflage occupant un memorial qui normalement symbolise l'espoir de réconciliation ?  Là-même où Martin Luther King a clamé son “I have a dream" ("Je fais un rêve")?"

Martin Luther King prononce son discours "I have a dream" devant le Lincoln Memorial à Washington, DC, le 28 août 1963
Martin Luther King prononce son discours "I have a dream" devant le Lincoln Memorial à Washington, DC, le 28 août 1963 © Getty / Bettmann / Contributeur

Depuis le début de cette crise, on a vu des images de militaires ou de policiers se joignant aux manifestants et partageant leurs revendications. Certains ont même mis un genou à terre, en soutien à ceux qui dénoncent le racisme et les violences policières.  

Mais il y a eu aussi toutes ces photos montrant les forces de l'ordre lundi soir s'assurant que le chemin était libre pour que le président Donald Trump puisse se rendre à l'église proche de la Maison blanche pour y faire une photo, bible à la main.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.