[scald=38089:sdl_editor_representation]WASHINGTON (Reuters) - Les employés du Fonds monétaire international (FMI) ont réservé lundi un accueil chaleureux à Dominique Strauss-Kahn, venu leur présenter ses excuses plus de trois mois après sa démission.

Accusé de tentative de viol à New York, l'ancien ministre socialiste des Finances a bénéficié la semaine dernière d'un non-lieu dans l'enquête pénale mais demeure poursuivi au civil par l'accusatrice, Nafissatou Diallo.

A l'occasion de son premier passage au FMI depuis sa démission le 18 mai, il a brièvement rencontré sa successeur et compatriote Christine Lagarde. Il était accompagné de sa femme Anne Sinclair.

Dominique Strauss-Kahn s'est adressé aux employés du FMI dans un auditorium hors de portée de la presse.

"Il a reçu un accueil très chaleureux", a raconté Paulo Nogueira Batista, qui représente le Brésil et huit pays d'Amérique latine au FMI.

"Cela montre qu'il est très apprécié au sein de l'institution. Les gens ont applaudi très longtemps", a-t-il dit.

Un autre témoin a affirmé, sous couvert d'anonymat, que les employés avaient applaudi spontanément avant même que Dominique Strauss-Kahn n'ouvre la bouche.

Il n'a pas évoqué l'affaire de la suite du Sofitel mais a souligné que la justice américaine avait été juste, a-t-on appris de même source.

Sa venue avait été organisée à sa propre demande, a dit le FMI.

Après l'annonce de sa visite, la semaine dernière, certains employés s'étaient dits embarrassés.

Dominique Strauss-Kahn a dirigé le FMI durant quatre ans. Il faisait figure de favori pour l'élection présidentielle française de 2012 jusqu'à cette affaire, qui a éclaté le 14 mai.

Après sa libération mardi dernier, il a dit avoir vécu un "cauchemar" et être impatient de rentrer chez lui pour reprendre une "vie normale".

Il a dit qu'il s'exprimerait "plus longuement" une fois de retour en France.

Selon un sondage CSA diffusé jeudi dernier, 53% des Français ne souhaitent pas qu'il participe au débat politique des prochains mois.

Lesley Wroughton; Clément Guillou pour le service français

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.