Drapeau Suisse sur le Lac Léman
Drapeau Suisse sur le Lac Léman © CC / Airflore

Les deux partis de droite en Suisse - l'un libéral et l'autre populiste - devraient sortir renforcés des élections de ce dimanche au parlement de la Confédération helvétique. Un scrutin qui permettra notamment de désigner les 200 élus du Conseil national, la chambre basse de l'Assemblée.

La question de l'immigration est au cœur de cette élection, bien plus que les relations avec l'Union européenne. Les images de dizaines de milliers de migrants, arrivant en Europe, sont du pain béni pour le parti populiste UDC, donnée vainqueur des législatives, avec près de 28% des suffrages, atteignant presque son record de 2007 (28,9%).

Les récents sondages montrent que l'immigration reste un sujet prioritaire pour près de la moitié des électeurs suisses. Le journaliste Arthur Grosjean, correspondant parlementaire à Berne de la Tribune de Genève et du quotidien 24 heures parle d'une possible victoire de la peur :

Le débat sur l’immigration a complètement écrasé tous les autres thèmes. Les sondages annoncent, non seulement le renforcement d’un parti de droite, on pense à l’UDC, la droite nationale conservatrice, mais aussi du parti libéral radical qui est ouvert à l’extérieur notamment pour les accords bilatéraux avec l’UE. Si la droite conservatrice se renforce, ce sera vraiment la peur qui l’aura emporté sur cette vague de migration.

Figure emblématique de l'UDC/ le milliardaire Christoph Blocher milite activement contre l'immigration. C'est lui qui avait réussi à faire interdire par référendum la construction de minarets en Suisse. Sa cote auprès de l'électorat populaire lui vient aussi de son hostilité à l'Union européenne. Malgré la forte hausse du Franc suisse qui pénalise les exportations, le pays conserve une croissance de 1% et un taux de chômage de 3,3%.

L'Assemblée fédérale choisira en décembre les sept membres du Conseil fédéral.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.