Les insurgés syriens semblent reprendre l'offensive. La prise de plusieurs bases militaires sont autant de trophées. Pour autant, ils sont aussi en train de réévaluer leur tactique sur le terrain. "Ils se concentrent désormais moins sur la conquête de territoire que sur une guerre d'usure destinée à faire saigner le régime," écrit le New York Times.

Le régime de Bachar Al-Assad s'est lui aussi adapté à cette guerre de longue haleine. L'armée pilonne les zones rebelles et des milices quadrillent les villes tenues par le pouvoir. L'idée pour lui apparemment, c'est désormais de tenir la Syrie utile et laisser la périphérie à la rébellion.

Fabrice Balanche, universitaire à Lyon II spécialiste de la Syrie

Bref, on se dirigerait vers une Syrie coupée en deux : le nord aux mains des insurgés et le centre et l'ouest avec Damas sous contrôle du régime. Si cette hypothèse se confirmait, on aboutirait alors à un statu quo sanglant et un enlisement dans la guerre civile, aucune des deux parties ne parvenant à prendre clairement le dessus sur l'autre.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.