bachar al assad a prêté serment pour un nouveau mandat
bachar al assad a prêté serment pour un nouveau mandat © reuters

58 000 civils sont portés disparus aujourd'hui sur le territoire syrien.Depuis le début du conflit syrien de nombreux rapports d'Amnesty International tentent d'attirer l'attention sur ces disparitions forcées orchestrées par le régime de Bachar Al-Assad.

Un nouveau rapport dénonce un renforcement de cette politique passible d'une condamnation pour Crime contre l'Humanité mais également le racket dont sont victimes les familles lancées à la recherche de leurs proches.

Des familles prêtes à donner tout ce qu'elles ont, pour très souvent ne rien obtenir.

Dans ce rapport, un homme raconte qu'il a emprunté 150 000 dollars en échange d'informations sur ses 3 frères disparus en 2012. Il travaille aujourd'hui en Turquie pour rembourser ses dettes, sans jamais avoir su ce qui leur était arrivé.

L'abominable cynisme d'un système prospérant sur la détresse familles de disparus, explique Geneviève Garrigos la présidente d'Amnesty France.

C'est un marché épouvantable puisqu'il joue sur la peur des personnes, sur leur angoisse par rapport aux disparus. Aujourd'hui on voit qu'il y a des personnes qui sont ciblées parce qu'elles ont des revenus, pour être enlevées pour en tirer des sommes conséquentes. On ne sait plus où elles sont, on ne sait même pas si elles sont en vie. C'est vraiment tout un système qui va financer des gardiens de prisons, des avocats, des anciens détenus aussi et on voit bien qu'ils ont des complicités, que c'est tout un système parallèle qui fonctionne et qui bénéficie à des représentants du régime.

L'intégralité de l'interview de Geneviève Garrigos présidente d'Amnesty France

Anéantir toute forme d'opposition y compris les plus pacifiques, les 70 pages du rapport d'Amnesty prouvent aussi que le régime syrien élargit ses cibles : des travailleurs humanitaires, des médecins, des journalistes font partie de ces disparus. Certains sont détenus dans les sous sols de Damas, abandonnés sans nourriture, souvent torturés, des persécutions récemment révélées par les clichés de César, ancien photographe militaire de Bachar Al-Assad, aujourd'hui exilé en Europe.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Deux enquêtes journalistiques exceptionnelles dévoilent également ces enlèvements organisés par le régime d'Al-Assad...

"Disparus" documentaire de Sophie Nivelle Cardinale et Etienne Huver... à retrouver en replay sur le site Arte TV

"Opération César" livre de Garance Le Caisne paru chez Stock

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.