Les rebelles, aidés de djihadistes, ont renversé spectaculairement samedi la situation à Alep où ils ont brisé le siège de leurs quartiers et encerclé la partie prorégime d'Alep.

Depuis le début de la guerre en 2011, plus de 280.000 personnes ont été tuées et des millions ont été déplacées.
Depuis le début de la guerre en 2011, plus de 280.000 personnes ont été tuées et des millions ont été déplacées. © Maxppp / Miguel Juarez Lugo

Deux groupes de rebelles syriens ont annoncé samedi que le siège d'Alep, imposé par les forces gouvernementales, avait été brisé après plusieurs jours d'intenses combats dans le sud-ouest de la ville. Cette revendication, qui intervient alors que les insurgés ont lancé une offensive de grande ampleur contre un complexe militaire stratégique, a été démentie par les médias pro-gouvernementaux .

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a en revanche confirmé que les rebelles venus du sud-ouest d'Alep avaient fait la jonction avec les combattants retranchés dans les quartiers est de la ville. Il a toutefois ajouté qu'aucun couloir sécurisé n'avait été établi entre les deux territoires tenus par les insurgés.Le groupe Djabhat Fatah al Cham, ancien Front al Nosra lié à Al Qaïda, a mis en ligne un communiqué affirmant : "les combattants qui se trouvaient à l'extérieur de la ville ont retrouvé leurs frères combattants à l'intérieur de la ville et les efforts pour établir un contrôle sur les positions restantes pour briser le siège sont en cours."

Un commandant d'un autre groupe de rebelles a également affirmé à Reuters que le siège avait été brisé mais que les choses demeuraient "peu faciles". Selon l'OSDH, les combats font rage dans la zone de la forteresse de Ramoussah, dont les insurgés tentent de prendre le contrôle.Un média lié au Hezbollah libanais qui combat aux côtés de troupes pro-Assad a démenti l'information dans un communiqué mis en ligne samedi.

Bataille pour la forteresse de Ramoussah

La prise de contrôle de la forteresse de Ramoussah reviendrait à isoler les quartiers ouest d'Alep tenus par les hommes du régime en coupant la principale route vers le sud et la capitale Damas. Cela permettrait également aux rebelles de s'emparer d'importants stocks d'armes et de munitions dans cette base utilisée depuis le début de la guerre civile comme centre opérationnel pour bombarder les positions de l'opposition.

Vendredi, les insurgés ont investi le principal bâtiment du complexe militaire, l'école d'artillerie, mais les troupes syriennes ont repoussé l'offensive. L'OSDH a indiqué que les rebelles s'étaient emparés de l'école d'armement qui fait partie de l'école d'artillerie dont ils tentent maintenant de se rendre maîtres. Leur autre cible est l'école technique de l'aviation.

La télévision d'Etat a indiqué que l'armée syrienne avait fermé la route de Ramoussah afin de protéger les civils de l'avance des rebelles et qu'un important contingent de renforts était arrivé. Les rebelles tentent de desserrer l'étau des forces de Bachar al Assad qui encerclent les quartiers de l'est de la ville aux mains des insurgés depuis début juillet.La prise d'Alep, ville la plus peuplée du pays avant le début du conflit, est jugé vitale par le régime syrien car elle constituerait un revers majeur pour la rébellion.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.