Barack Obama perprexe quant à la réaction aux exactions du régime syrien
Barack Obama perprexe quant à la réaction aux exactions du régime syrien © REUTERS/Jason Reed

Le Président américain qui avait pourtant défini l'usage d'armes chimiques comme la limite à ne pas franchir pour le régime syrien, s'est montré très prudent hier, lors d’une interview sur la chaine CNN.

Le Président américain a appellé le gouvernement syrien à autoriser une enquête exhaustive sur l'attaque au gaz neurotoxique qui aurait fait des centaines de morts -l'opposition a évoqué 1.300 morts- dans la nuit de mardi à mercredi à l'est de Damas.

Barack Obama a ordonné à ses services de renseignement de "regrouper faits et preuves afin de déterminer ce qui s'est passé en Syrie".

Mais le Président en convient : une attaque chimique, si elle est avérée, serait "très problématique". "Cela commencerait à toucher certains intérêts nationaux vitaux des Etats-Unis, d'abord parce que nous devons nous assurer que les armes de destruction massive ne prolifèrent pas et ensuite parce que nous devons protéger nos alliés, nos bases dans la région", explique-t-il"

Barack Obama reconnaît toutefois que le coût humain, financier et le retentissement provoqué par la guerre en Afghanistan et en Irak, l'ont rendu prudent.

Ce que nous avons à vu indique clairement qu’il y a eu un événement très préoccupant

A New-York, Aurélien Colly

Beaucoup de prudence donc de la part du Président américain mais ce matin les Etats-Unis ont toutefois déployé un quatrième navire militaire, chargé de missiles, en Méditerranée . Des moyens militaires permettant de fournir des "options" à Barack Obama, s'il décidait d’ordonner une intervention en Syrie.

Barack Obama a fait savoir qu'il avait réuni son équipe de sécurité ce matin, pour discuter de la réponse à apporter aux allégations d'attaque à l'arme chimique.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.