En lançant sans prévenir une opération aérienne sur le bastion alaouite et les emprises russes en Syrie, Israël aurait provoqué la destruction d'un appareil militaire russe et de son équipage. Entre Moscou et Tel-Aviv, le torchon brûle.

L'épave d'un Ilouchine 20 de l'armée russe a été retrouvée au large des côtes syriennes. Quinze aviateurs russes ont disparu dans une opération confuse mêlant DCA syrienne, chasseurs israéliens et Forces aériennes russes.
L'épave d'un Ilouchine 20 de l'armée russe a été retrouvée au large des côtes syriennes. Quinze aviateurs russes ont disparu dans une opération confuse mêlant DCA syrienne, chasseurs israéliens et Forces aériennes russes. © AFP / NIKITA SHCHYUKIN

Quinze aviateurs disparus, un avion de reconnaissance abattu… Après avoir pointé l’éventuelle responsabilité d’une frégate française croisant au large de la Syrie, l’armée russe a finalement identifié la cause de la disparition de son Ilouchine 20 (Il-20) :

L’Il-20 a été abattu par un système de missiles S-200 [de l'armée syrienne].

L'épave de l'avion a été découverte à 29 kilomètres des côtes syriennes, ainsi que « des fragments de corps et des affaires personnelles ».

Une mauvaise nouvelle pour le régime de Damas, mais Moscou ne semble pas décidé à lui en tenir rigueur. Car c’est pour défendre le bastion des Assad (Lattaquié) et havre historique de l’allié russe (son « point d'appui matériel et technique », Tartous) que la défense anti-aérienne aurait fait feu.

"Provocations hostiles"

Le porte-parole de l'armée russe a en effet accusé Israël, qui a lancé hier soir une attaque aérienne sur des infrastructures militaires, d'être responsable de cet incident : « Nous considérons hostiles ces provocations de la part d’Israël. »

Un précédent dangereux, estiment les autorités russes, qui déplorent que le commandement israélien n’ait pas prévenu suffisamment tôt de cette opération, ce qui a empêché « d’amener l'avion Il-20 vers une zone sûre ».

Pire, selon Moscou, les pilotes des F-16 israéliens auraient délibérément mis en danger l'avion de reconnaissance russe en se camouflant dans le signal radar de l'avion russe – une information difficile à confirmer.

Entente égratignée

La fin d’une entente implicite entre les deux puissances nucléaires ? En mai dernier, pendant l’opération « Château de cartes », qui visait pour Israël à détruire des positions iraniennes en Syrie, la Russie regardait ailleurs. Cette fois-ci, les intérêts russes sont menacés directement.

Et Moscou a fait savoir, par la voix de son ministre de la Défense Sergueï Choïgou, son intention de ne pas en rester là :

Nous nous réservons le droit de riposter à l’avenir […]. [La responsabilité de la mort de 15 soldats russes] repose entièrement sur Israël.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.