Graffiti de Bachar el Assad intitulé "Demeure du chaos" au musée d'art contemporain de Saint-Romain-au-Mont-d'Or
Graffiti de Bachar el Assad intitulé "Demeure du chaos" au musée d'art contemporain de Saint-Romain-au-Mont-d'Or © thierry ehrmann / thierry ehrmann
**L'élection présidentielle syrienne a été fixée au 3 juin, a annoncé lundi le président du Parlement à la télévision nationale. Le scrutin, qualifié par avance de "parodie de démocratie" par les alliés occidentaux de l'opposition syrienne, se déroulera alors que la guerre, entrée dans sa quatrième année, a fait plus de 150.000 morts. Il devrait aboutir à un troisième mandat pour Bachar al Assad.** Pour Monzer Akbik, responsable de la Coalition nationale syrienne (CNS) soutenue par les Occidentaux, la décision d'organiser une élection présidentielle prouve qu'Assad ne veut pas d'une solution politique négociée pour mettre fin au conflit : > Assad est coupé de la réalité, il est dans le déni total. Il n'a aucune légitimité avant cette élection, il n'en aura pas plus après. Nous ne savons pas qui donc il va sortir de son chapeau pour jouer le rôle d'opposant mais on ne peut vraiment pas prendre tout cela au sérieux. Bachar al Assad n'a pas officiellement annoncé qu'il serait candidat mais ses alliés russes et les chiites libanais du Hezbollah ne doutent pas qu'il se présentera et sera réélu. La famille Assad, qui appartient à la minorité alaouite syrienne, une branche du chiisme, dirige le pays depuis quarante-quatre ans. **La réelection de Bachar al Assad ne fait guère de doute. Les explications de Valérie Crova.**
Annonçant la date du scrutin à la télévision, le président du Parlement, Mohamed Jihad al Laham, a précisé que les dossiers de candidature seraient acceptés jusqu'au 1er mai. Les opérations de vote pour les Syriens vivant à l'étranger seront organisées le 28 mai dans les ambassades. ### Pendant ce temps, les combats se poursuivent Aucune personnalité de l'opposition n'a annoncé son intention de défier Assad dans les urnes. Beaucoup d'adversaires du président se sont réfugiés à l'étranger depuis le début de l'insurrection en mars 2011. ►►► **A LIRE AUSSI | [Les quatre journalistes français détenus en Syrie enfin libres ](http://www.franceinter.fr/depeche-didier-francois-une-liberation-cest-quelque-chose-de-fort)** Les combats se poursuivent sur le terrain. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les violences ont fait 273 morts dans la seule journée de dimanche, notamment lors de raids aériens à Alep, et des dizaines d'autres lundi matin.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.