Incidents entre police et palestiniens à Jérusalem est
Incidents entre police et palestiniens à Jérusalem est © REUTERS/Ammar Awad

Des affrontements se poursuivent après la mort d'un palestinien, tué par la police qui était venue arrêter cet homme soupçonné d'avoir tiré sur une figure de l'extrême droite israélienne, suivie d'une fermeture temporaire de l'Esplanade des Mosquées.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a jugé que cette intervention des forces de l'ordre israéliennes constituait "l'équivalent d'une déclaration de guerre".

Des habitants ont raconté que plusieurs centaines de policiers et de membres des unités spéciales ont participé à la traque de ce palestinien Moataz Hejazi qui s'était réfugié dans sa maison familiale avant d'être cerné sur la terrasse d'un immeuble voisin. Des hélicoptères de l'armée israélienne ont survolé le quartier dès les premières heures de la journée.

Plusieurs heures après la fusillade, les affrontements se poursuivaient. Le quartier a été bouclé par les forces de sécurité qui ont essuyé des jets de pierres de la part de jeunes manifestants palestiniens, le visage caché par un foulard ou une capuche.

L'esplanade des mosquées ouverte puis fermée

Moataz Hejazi, le palestinien tué par la police, était soupçonné d'avoir grièvement blessé par balle Yehuda Glick, le militant de l'extrême-droite israélienne qui fait campagne pour que les juifs puissent prier dans l'enceinte du Mont du Temple, site religieux que les musulmans appellent esplanade des Mosquées et considèrent comme le troisième lieu saint de l'islam. Le Hamas et le Djihad islamique ont salué l'agression commise contre Yehuda Glick et ont qualifié Moataz Hejazi de "martyr qui a répondu à l'appel divin en défendant la mosquée Al Aqsa".

A l'annonce de l'agression contre Glick, des groupes de l'extrême-droite israélienne ont appelé leurs sympathisants à se rendre à la mosquée Al Aqsa contraignant les forces de sécurité à fermer l'accès à l'esplanade, une décision rarissime, sans précédent depuis 1967.

L'Union européenne a appelé jeudi Israël et les Palestiniens à "une désescalade", alors que l'esplanade des Mosquées a été fermée dans l'après-midi, aggravant les tensions à Jérusalem. Israël a finalement décidé en fin de journée de rouvrir le site. Depuis plusieurs mois, Jérusalem-Est est en proie à des troubles de plus en plus violents qui ont fait craindre une troisième intifada.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.