Au moins 22 personnes ont été tuées dans des affrontements ethniques entre les communautés arabes et amazighs autour de Ghardaïa
Au moins 22 personnes ont été tuées dans des affrontements ethniques entre les communautés arabes et amazighs autour de Ghardaïa © REUTERS/Zohra Bensemra

Vingt-quatre jeunes du monde entier sont réunis pour la deuxième année consécutive dans un centre d'Île-de-France. Ils ont entre 15 et 23 ans et ont tous été victimes d'un attentat.

Pendant neuf jours, ces 24 jeunes participent à des ateliers et à des groupes de parole pour essayer de dépasser leur expérience traumatisante.

Qu'ils aient assisté à l'attentat qui a emporté leurs parents, ou qu'ils se soient trouvé par hasard près d'une voiture piégée, tous ont un besoin vital d'en parler, de se raconterà à des gens qui les comprennent vraiment, car contrairement à leurs amis, ils ont eux aussi vécu une situation dramatique.

Groupes de parole durant deux heures et demie par jour, mais aussi activités, équitation, théâtre, etc. On pourrait presque croire que ces ados et jeunes adultes fréquentent un centre de vacances comme tant d'autres.

Lorélie Carrive s'est rendue dans ce centre, perdu au milieu de la verdure, à une vingtaine de kilomètres de Paris

Une fois le séjour terminé, tous ne penseront qu'à une chose : se revoir l'été prochain.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.