Trois jours de deuil ont été décrétés au Pakistan.
Trois jours de deuil ont été décrétés au Pakistan. © Reuters

Trois jours de deuil national ont été décrétés après l'attaque par des talibans d'une école de Peshawar. Au moins 132 élèves et neuf enseignants ont été tués. De Washington à New Delhi, en passant par Paris, les condamnations sont unanimes.

Des talibans pakistanais lourdement armés ont attaqué mardi une école gérée par l'armée dans la ville de Peshawar, près de la frontière afghane dans le nord-ouest du Pakistan, tuant au moins 132 élèves et neuf enseignants.

24 heures après les faits, le Pakistan est sous le choc, explique Gaëlle-Lussia Berdoux, correspondante de France Inter à Islamabad

1 min

Le Pakistan sous le choc 24 heures après le carnage

L'attaque la plus sanglante depuis plusieurs années

Plus de huit heures après le début de l'attaque, l'armée a annoncé la mort des neuf assaillants et la fin de ses opérations de nettoyage du site. Les autorités ont fait état de 121 élèves blessés. Près de 960 élèves et membres du personnel d'encadrement ont pu être évacués. Il s'agit de l'attaque la plus sanglante au Pakistan depuis plusieurs années. Un employé d'hôpital a déclaré que la plupart des victimes qu'il avait vues avaient entre 10 et 20 ans.

Récit d'une journée d'horreur à Peshawar de Luc Lemonnier

1 min

Carnage dans une école pakistanaise

Les talibans pakistanais ont indiqué que leur commando était composé de six membres équipés de vestes d'explosifs, venus se venger du gouvernement d'Islamabad qui "s'en prend à nos familles et à nos femmes" dans la région tribale du Nord-Waziristan, où l'armée a lancé une offensive en juin. "Nous voulons qu'ils souffrent à leur tour", a déclaré Muhammad Umar Khorasani, porte-parole des taliban pakistanais.

Vague d'émotion partout dans le monde

Washington a condamné cette "horrible attaque" et le président Barack Obama a promis de continuer à soutenir les efforts d'Islamabad "dans la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme". Le Premier ministre indien Narendra Modi a dénoncé "un acte insensé d'une brutalité inqualifiable".

À Paris, François Hollande a aussi condamné cette "ignoble attaque" :

Aucun mot ne peut qualifier l'abjection d'une telle attaque contre des enfants dans leur école.

Ces terroristes sont les mêmes qui avaient attaqué Malala Yousafzai, prix Nobel de la Paix et symbole de la lutte contre les intégristes musulmans. La jeune femme a condamné a dénoncé "les actes atroces" des talibans :

Ma famille et moi avons le cœur brisé. (...) J'appelle la communauté internationale à ne pas se laisser faire.

34 sec

"Ma famille et moi avons le cœur brisé"

Les assaillants, qui selon plusieurs étudiants communiquaient dans une langue étrangère, peut-être l'arabe, ont réussi à passer les stricts contrôles de sécurité grâce aux uniformes de l'armée pakistanaise qu'ils avaient revêtus. Un professeur de l'école a raconté que l'attaque s'était déroulée en pleine session d'examens et que l'armée était intervenue environ une demi-heure après les premiers tirs.

En septembre 2013, une double attaque suicide contre une église anglicane de Peshawar avait fait plus de 80 morts. Une semaine plus tard, un attentat à la voiture piégée faisait 42 morts et une centaine de blessés sur un marché de la vieille ville.

Les lieux de l'attaque
Les lieux de l'attaque © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.