L'aéroport de Bruxelles Zaventem a réouvert
L'aéroport de Bruxelles Zaventem a réouvert © MaxPPP / Benoît Doppagne

Moins de deux semaines après les attentats de Bruxelles, l’aéroport international de Zaventem a rouvert partiellement ce dimanche. Trois vols sont programmés, sous haute sécurité.

En annonçant ce samedi après-midi que l'aéroport international de Bruxelles serait "à nouveau partiellement opérationnel ", e PDG de Brussels Airport, Arnaud Feist, avait dit y voir "un signal d’espoir qui témoigne de notre volonté et force pour surmonter cette épreuve et ne pas plier ".

Trois vols s'affichent ce dimanche sur les écrans du hall temporaire des départs : Faro, Athènes et Turin, tous avec la compagnie Brussells Airlines, seule à opérer pour l'instant. Elle espère faire décoller dix vols, ce lundi.ont prévus ce dimanche par la compagnie Brussels Airlines.

Soixante passagers sont d'abord partis pour Faro dans le sud du Portugal ce dimanche matin. Ils ont été les premiers à subir des contrôles de sécurité accrus, dans un aéroport quasiment vide.

Le reportage de Pierre Bénazet avec les premiers passagers de retour à l'aéroport de Zaventem.

Un enjeu économique pour la Belgique

Avec un chiffre d’affaire annuel de trois milliards d’euros , l’aéroport de Zaventem constitue, selon les dires de la société gestionnaire de l’aéroport le "deuxième pôle de croissance économique de la Belgique ". Excepté l’aérodrome militaire, tout était à l’arrêt depuis les attentats du 22 mars. C’est un coup dur pour les sociétés de manutention et de fret, mais aussi pour le pole hôtellerie-restauration et bien sûr les 260 compagnies aériennes, à commencer par Brussels Airlines, qui perd chaque jour 5 millions d’euros (c’est-à-dire plus que le total de ses bénéfices pour l’an dernier). La société gestionnaire de l’aéroport a mis en place un hall des départs temporaire, techniquement opérationnel depuis mercredi. Une réouverture de l’aéroport ne ramènera cependant pas immédiatement la totalité de l’activité pour les 20.000 employés de l’aéroport de Zaventem , car ce nouveau hall des départs ne permet d’enregistrer que 800 personnes par heure, soit environ 1/5 de la capacité normale de l’aéroport.

Accord trouvé entre gouvernement et policiers sur la sécurité

Après les attentats du 22 mars, la question de la sécurité au sein de l'aéroport a été soulevé par des syndicats de policiers. Ce vendredi soir, un conseil de sécurité du gouvernement fédéral leur a donné gain de cause en proposant des mesures. Ce renforcement de la sécurité va se matérialiser par un premier contrôle des bagages et des passagers avant même qu’ils ne puissent pénétrer dans le hall des départs; c’est donc un double contrôle qui se met donc en place, puisqu’il vient s’ajouter à celui avant la zone d’embarquement. Par ailleurs, un périmètre de sécurité va être établi pour rendre impossible l’accès en voiture à moins de 100 mètres du bâtiment principal . Et la zone de dépose des passagers sera elle aussi reculée.

Parmi les mesures moins visibles, il y aura aussi un budget exceptionnel de deux millions d’euros pour les besoins les plus criants en matériel de tout type, un renfort de 200 agents pour les polices aéroportuaires (sur l’ensemble de la Belgique). On s’achemine aussi vers un contrôle quotidien des employés de la manutention et du ménage, dont certains seraient, selon les syndicats de policiers, des délinquants voire des islamistes radicalisés. Quelques-uns auraient par exemple acclamé les attentats de Paris.

Les précisions de Pierre Bénazet, notre correspondant à Bruxelles.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.