Ces dernières semaines, le fils de l’otage française a multiplié les appels à l’aide. Sébastien Chadaud-Pétronin demande à la France de clarifier sa position sur une éventuelle rançon pour libérer sa mère âgée de 73 ans.

Sophie Pétronin s'est installée au mali en 2001 touchée par le sort des enfants du nord du pays.
Sophie Pétronin s'est installée au mali en 2001 touchée par le sort des enfants du nord du pays. © AFP / WWW.LIBERONS-SOPHIE.FR / AFP

C’est le troisième Noël que Sébastien-Chadaud passe sans sa mère, enlevée à Gao dans le Nord du Mali. Elle était sur place pour une association d’aide aux orphelins. 

La veille du Noël 2016, cette médecin nutritionniste est enlevée dans une ville qu’elle connait particulièrement bien (elle s’y est installée en 2001). Son enlèvement est revendiqué par le "groupe de soutien à l’islam et aux musulmans", lié à Al Qaida. 

Au cours de cette année de détention, elle apparaît trois fois dans des documents envoyés par ses ravisseurs. D’abord dans une vidéo en mars, dans laquelle elle ne s’exprime pas. Puis une autre, en juin : Sophie Pétronin s’adresse à son fils et au gouvernement français. Elle y apparaît très mince, épuisée. 

"Une proposition inespérée, refusée par le gouvernement"

Enfin, en novembre 2018, une nouvelle preuve de vie est adressée à la famille. Cette fois, l’otage n’apparaît pas directement sur la vidéo, seule une photo d’elle est visible. Ce qui alimente les inquiétudes sur le déclin de son état de santé. 

Son fils part alors au Mali pour tenter de participer à la libération de sa mère. Les ravisseurs, affirme-t-il, lui auraient fait "une proposition inespérée, que le gouvernement a refusée", assure Sébastien Pétronin le 25 novembre. Il interpelle le président pour "clarifier sa position". 

Le 14 décembre, Emmanuel Macron lui assure que "l’État continue d'agir sans relâche pour la retrouver. Une telle démarche pour réussir exige le professionnalisme et la discrétion".

Ce mardi, à notre micro, Sébastien Pétronin dénonce le fait que l'État veuille "l'écarter" et "faire croire à toute l'opinion publique qu'il agit sans relâche. C'est strictement faux, ajoute-t-il. À aucun moment il a envisagé de pouvoir trouver une solution pacifique." 

49 sec

Sébastien Pétronin "L'État agit dans un esprit guerrier"

Par Omar Ouahmane
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.