Donald Trump rencontre des victimes de la fusillade dans un lycée qui a fait 17 morts jeudi en Floride. Il avait prévu de se rendre dans sa résidence de Mar-a-Lago, qui se trouve non loin de Parkland où s'est produite la fusillade, pour le long week-end de President's Day.

Donald Trump, Melania Trump, le vice-président Mike Pence et son épouse, à la Prière nationale le 21 janvier 2017, à Washington DC.
Donald Trump, Melania Trump, le vice-président Mike Pence et son épouse, à la Prière nationale le 21 janvier 2017, à Washington DC. © AFP / Mandel NGAN

Après la tuerie du lycée, Trump a dit vouloir améliorer la gestion des personnes souffrant de problèmes psychiatriques et la sécurité dans les établissements scolaires mais n'a absolument pas mentionné les armes à feu lors de son intervention jeudi.  

Pourtant, chaque fusillade aux Etats-Unis relance le débat sur la législation sur les armes à feu dont le droit à la détention est protégé par le deuxième amendement de la Constitution.  D'autant que dans la grande majorité des tueries de masse aux Etats-Unis, les tireurs avaient obtenu leurs armes légalement

Les tueries sont récurrentes, notamment dans les établissements scolaires : il y en a déjà eu 18 en 2018 en comptant celle du lycée de Parkland. 

Eglise de Sutherland Springs, Texas : 26 morts

Le 5 novembre 2017, un homme tire dans une église baptiste à l'heure de la messe. Le tueur était connu pour des faits de violence qui lui avaient valu la cour martiale et un renvoi de l'Armée de l'Air. Il avait également fait un séjour en hôpital psychiatrique en 2012.

Pour le Président Trump, la santé mentale du tireur est en cause dans ce drame, et non les armes à feu. Selon lui, "la santé mentale est le problème. En regardant les premiers rapports d'enquête, on voit qu'il s'agissait d'un individu très dérangé, qui a connu de nombreux problèmes pendant longtemps. Nous avons beaucoup de problèmes de santé mentale dans notre pays, comme ailleurs".

Las Vegas, 58 morts

Le 1er octobre 2017, Stephen Paddock, 64 ans, tire du haut du 32e étage de l'hôtel Mandalay Bay sur le public venu assister à un concert de country music à l'extérieur. 

Le président prie, comme pour le drame de Floride et de l'église texane. 

De nombreuses voix s'élèvent à chaque déclaration de Donald Trump après une fusillade. Les chiffres, infographies et autres statistiques sont légion sur les réseaux sociaux pour démontrer à quel point il est nécessaire de réformer le système américain de vente et de possession des armes à feu. 

Mais rien n'y fait. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.