L'hebdomadaire américain poursuit ses unes coup de poing sur Donald Trump. Cette fois-ci, le président américain se transforme en Vladimir Poutine, avec qui il a effectué un rapprochement mardi.

La une de Time du 19 juillet représente un portrait mélangé de Trump et Poutine
La une de Time du 19 juillet représente un portrait mélangé de Trump et Poutine © Capture d'écran Twitter

"Trump voulait un sommet avec Poutine. Il a obtenu bien plus que ce qu'il a marchandé". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Cette une est publiée alors que la conférence de presse du président américain avec son homologue russe a créé un tollé sur le plan international mardi. Tollé aussi et surtout au niveau local, puisqu'aux Etats-Unis, même les républicains se sont dits consternés par l'attitude de Trump qu'ils accusent de s'être couché devant Poutine.

Devant le scandale, Trump a lui même essayé de réagir en assurant que sa langue avait fourché.

Puis, interrogé pour savoir si la Russie, accusée d'interférence dans les élections américaines,ciblait toujours les Etats-Unis, il a répondu  "non" alors que les agences de renseignements américaines venaient de dire le contraire. 

Face à cette énième controverse autour des propos du président, Sarah Sanders, sa porte-parole, a assuré qu'il avait été mal interprété et que ce "non" voulait seulement indiquer qu'il ne répondrait pas aux questions. 

Le président et son administration travaillent dur pour s'assurer que la Russie ne puisse interférer dans nos élections comme ils l'ont fait dans le passé

a déclaré Sarah Sanders.