Le vote à la chambre des représentants sur l'abrogation d'Obamacare a été annulé ce vendredi soir, faute de majorité chez les Républicains. Donald Trump a du jeter l'éponge

Donald Trump ne parvient pas à obtenir une majorité pour l'abrogation d'Obamacare
Donald Trump ne parvient pas à obtenir une majorité pour l'abrogation d'Obamacare © AFP / NICHOLAS KAMM

Nouveau revers d'importance pour le président américain. Donald Trump a demandé ce vendredi soir aux républicains de retirer le projet de réforme de la santé faute d'une majorité pour le signer.

Les explications de Charlotte Alix à New-York

Donald Trump a fait une déclaration depuis le bureau oval

Donald Trump a tenté de minimiser les divisions dans le camp républicain
Donald Trump a tenté de minimiser les divisions dans le camp républicain © capture d'écran

(pour voir la déclaration de Donald Trump depuis la Maison blanche)

Je suis déçu (...) je suis un peu surpris pour être honnête

Nous étions tout près, cela s'est joué à très peu de chose. C'était une très très bonne loi", a expliqué le président qui a aussi redit sa conviction qu'"Obamacare" allait s'effondrer d'elle-même. "Elle implose et va bientôt exploser et cela ne va pas être beau", a-t-il dit. Alors que la réforme a échoue à cause de la division du camp républicain, Donald Trump a affirmé garder toute sa confiance à Paul Ryan, président républicain de la Chambre des représentants.

Les représentants devaient se prononcer à la Chambre jeudi soir sur le texte proposé par Donald Trump. Un texte qui devait permettre l'abrogation d'Obamacare, la réforme de l'assurance maladie signée par Obama en 2010 et le remplacement de plusieurs articles de la loi.

Une majorité divisée

Les Républicains, avec 237 élus contre 193 pour les démocrates, sont majoritaires à la Chambre des représentants, mais le parti est divisé sur le projet.

Baptisé American Health Care Act, le projet républicain annule par exemple l'amende infligée à ceux qui ne souscrivent pas à une couverture santé, réduit le financement de Medicaid ( programme pour les pauvres et les handicapés), et modifie les subventions qui aident les particuliers à s'assurer.

Donald Trump avait posé jeudi un ultimatum au parti républicain et prévenu que l'Obamacare resterait en place si la nouvelle législation n'était pas adoptée vendredi. Il leur a dit en substance qu'il était "pressé de passer à autre chose !" Ce vendredi soir, selon les journalistes présents à Washington, Trump aurait dit qu'il pourrait revenir sur cette loi plus tard cette année.

Il tweete :

Après sept années horribles d'Obamacare (des primes d'assurances et des franchises qui montent en flèche), il est enfin temps d'avoir un grand programme !

Selon les sondages, la réforme de Trump n'est pas populaire: seuls 20% des Américains l'approuvent.

Selon les médias jeudi, une bonne trentaine d'élus républicains prévoyaient de voter "non" ou penchaient en faveur du "non". Or au delà de 21 "non" le texte ne pouvait pas être adopté face à l'opposition des démocrates.

Obamacare a échoué, et nous avons l'opportunité de l'arrêter.

Obamacare fortement amendé

Quatre pages d'amendements avaient été ajoutées au texte dans la soirée de jeudi, permettant notamment aux Etats de choisir les minimas sociaux requis pour les compagnies d'assurances.

Pour les plus conservateurs, il y a trop d'Obamacare dans Trumpcare

Les républicains les plus conservateurs, affiliés au Freedom Caucus, estiment que le nouveau texte ne diffère pas assez de l'Obamacare.

Pour les plus modérés, le texte est au contraire trop radical !

Les élus les plus modérés du parti républicain craignent à l'inverse que la proposition de loi revienne à accroître le nombre d'Américains sans couverture maladie. En effet, plus de 20 millions seraient privés de couverture maladie d'ici à 2020 si le texte était adopté en l'état .

► LIRE | Vote crucial pour Trump sur la réforme de l'assurance-maladie

Faute de majorité, Donald Trump retire son projet de réforme de l'Obamacare
Faute de majorité, Donald Trump retire son projet de réforme de l'Obamacare © Visactu
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.