Le Parlement grec à Athènes
Le Parlement grec à Athènes © corbis

A peinele troisième plan d'aide sur les rails, le Premier ministre grec a présenté sa démission, et demandé des élections législatives anticipées. Alexis Tsipras espère ainsi écarter les membres les plus virulents et se constituer une majorité plus stable.

Les députés Syriza sont plus que jamais divisés. Les plus à gauche dénoncent une trahison : alors qu'ils ont permis l'accession au pouvoir d'Alexis Tsipras, il les écarte désormais pour mener une autre politique. Elu le 25 janvier dernier, il promettait alors d'en finir avec l'austérité.

Pourtant, cette démission n'est pas une surprise, même si elle arrive plus tôt que prévu. Et elle ne va pas forcément fragiliser Alexis Tsipras, qui a toujours été un bon stratège. - Les explications de Bertrand Gallicher, du service diplo.

Un nouveau mouvement "Union populaire"

25 députés Syriza ont déjà annoncé vouloir créer un mouvement dissidentnommé "Union populaire". Panagiotis Lafazanis, 63 ans, ancien ministre de l'Environnement et de l'Energie, devrait en prendre la tête. Il avait perdu son portefeuille après s'être justement opposé à la signature d'un troisième accord entre l'UE et la Grèce.Il accuse Alexis Tsipras de céder aux exigences des créanciers.

►►► LIRE AUSSI | Grèce : Tsipras démissionne et annonce des élections anticipées

Les élections anticipées devraient avoir lieu le 20 septembre. Et elles étaient inévitables pour Odiseas Boudouris, ancien député grec, membre du mouvement Kinonia Prota, qui travaille avec Syriza , le parti d'Alexis Tsipras. Il était l'invité d'Alain Passeral dans le journal de 13h.

Un scrutin de liste, avantageux pour Tsipras

Alexis Tsipras dispose d'un atout-maître : pour cette deuxième élection en moins de 18 mois, la loi grecque dispose que les partis ne soumettent pas au vote des députés individuels, mais des listes par partis composés par les états-majors de ces derniers. Ainsi, il pourra se débarrasser des plus virulents à sa gauche, sans aucun doute l'ancien ministre de l'Energie Panagiotis Lafazanis, leader des contestataires, et certainement la puissante et pointilleuse présidente du Parlement Zoé Konstantopoulou.

Troisième plan d'aide pour la Grèce
Troisième plan d'aide pour la Grèce © IDE
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.