Jan Jambon
Jan Jambon © Reuters

Après l'annonce par les autorités turques de l'expulsion d'un des deux kamikazes de l'aéroport de Bruxelles, les ministres belges de la Justice Koen Geens, et de l'Intérieur Jan Jambon ont présenté leurs démissions. Elles ont été refusées par le Premier ministre Charles Michel.

Pour les deux ministres, c'était le rebondissement de trop. Toujours prompt à vouloir dmontrer que la Turquie ne fait preuve ni de laxisme, ni de complaisance vis à vis des djihadistes, le Président de ce pays, Recep Tayyp Erdogan a révélé que les autorités turques avaient arrêté, et même semble-t-il à deux reprises, non loin de la frontière syrienne en juin de l'année dernière, et l'avaient expulsé vers la Belgique où personnene l'aurait inquiété, alors que les Turcs l'auraient signalé comme dangereux à l'ambassade de Belgique à Ankara.

Ce récit n'est toutefois pas tout à fait exact, car El Bakraoui, s'il a bien été expulsé, c'est non vers la Belgique, mais vers les Pays-Bas , et même, détail surprenant, à sa propre demande.

Autant dire qu'il n'a pas été inquiété à son arrivée àAmsterdam , et qu'il a pu regagner Bruxelles sans encombres.

Demain après midi, les deux ministres incriminés, celui de l'Intérieur et celui de la Justice, comparaissent devant le Parlement . Ils expliqueront qu'une erreur d'appréciation a été commise par l'agent de liaison pour les questions de sécurité attaché à l'ambassade de Belgique en Turquie, et que, de surcroît, la lenteur de la transmission de l'information entre services à Bruxelles, n'a rien arrangé.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.