Attentat à la bombe contre un poste de police à istambul
Attentat à la bombe contre un poste de police à istambul © DENIZ TOPRAK/EPA/MAXPPP

Istanbul a été secouée lundi par deux attaques contre le consulat des États-Unis et un poste de police qui ont fait trois morts. Un attentat a tué quatre policiers dans le sud du pays sans que l'on sache lequel de très nombreux ennemis que le pays s'est fait en est responsable .

Un kamikaze présumé a fait exploser une voiture piégée devant un poste de police à Istanbul, dimanche, peu après minuit, faisant 10 blessés blessées dont trois policiers.

Deux personnes armées, dont une femme, ont ouvert le feu tôt lundi matin sur le consulat, très protégé, des Etats-Unis, situé dans le quartier d'Istinye sur le Bosphore. Pour l'attaque contre le consulat américain à Istanbul:, les responsables accusent un groupe clandestin d'extrême gauche clandestine, le DHKP-C.

Quatre policiers ont été tués, lundi matin également, par un engin explosif placé sur le bas-côté d'une route du sud-est de la Turquie

Les motifs de ces attaques ne sont pas clairement établis, mais elles interviennent alors que la tension monte dans la rue turque. Ankara a lancé le 24 juillet une "guerre contre le terrorisme" visant simultanément le PKK et les combattants du groupe EI en Syrie. Mais les dizaines de raids aériens qui ont suivi se sont concentrés sur la guérilla kurde, faisant plus de 300 morts. Alots que seuls trois raids ont été jusqu'à présent officiellement signalés contre l'EI. Du coup, la guérilla kurde a rompu un cessez-le-feu unilatéral datant de 2013 et repris ses attaques contre les forces turques.

Ces violences interviennent alors que les Etats-Unis ont pour la première fois déployé dimanche des chasseurs F-16 et un contingent de 300 militaires sur la base d'Incirlik dans le sud de la Turquie pour lutter contre le groupe Etat islamique.

Le gouvernement Erdogan ne manque donc pas d'ennemis en ce moment. A Istambul la correspondance de Jérôme Bastion

Infographie Turquie
Infographie Turquie © Radio France

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.