L'actuel Premier ministre pourrait s'offrir 10 ans de plus à la tête de la Turquie.
L'actuel Premier ministre pourrait s'offrir 10 ans de plus à la tête de la Turquie. © EPA / MaxPPP / TOLGA BOZOGLU

L’actuel Premier ministre Recep Tayyip Erdogan est donné très largement gagnant à l’élection présidentielle qui se joue ce dimanche pour la première fois au suffrage universel direct.

Tous les sondages placent Recep Tayyip Erdogan grand favori. Certains même parlent d’une élection du candidat de l'AKP au premier tour. Le Premier ministre islamo-conservateur devrait très probablement, à l’issue de l’élection présidentielle, prendre le relai d'Abdullah Gül au Palais présidentiel à Cankaya.

Le clip de campagne de Recep Tayyip Erdogan, censuré par le Haut conseil électoral pour ses références religieuses à peine voilées :

Deux candidats se présentent face à lui :

  • Ekmeleddi Ihsanoglu, le candidat commun des deux principaux partis d’opposition, un professeur d’histoire de 70 ans
  • Selahattin Demirtas, issu de la minorité kurde, pour le Parti démocratique populaire

Rester à la tête de la Turquie

En devenant président, Recep Tayyip Erdogan compte bien rester l’homme fort de la Turquie. Car l’homme est chef du gouvernement depuis 2003. Il se voit donc contraint de quitter son poste, aux prochaines législatives, en 2015. Avec ce nouveau mandat, il s’assurerait 5 ans à la tête du pays. Il peut être reconduit une fois dans ses fonctions.

Quand au problème des pouvoirs du président, qui sont traditionnellement moins étendus que ceux du premier ministre, Recep Tayyip Erdogan a d’ores et déjà trouvé une solution : modifier la Constitution, pour les renforcer. Ses opposants craignent une dérive autoritaire.

►►► ALLER PLUS LOIN | L'effet Recep Tayyip Erdogan

►►► A LIRE AUSSI | En Turquie, Erdogan promet de "liquider" ses ennemis

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.