Des combats à la frontière russo-ukrainienne
Des combats à la frontière russo-ukrainienne © REUTERS/Alexander Demianchuk / REUTERS/Alexander Demianchuk

Selon un chef d'une milice pro-gouvernementale, une colonne de blindés russes a franchi la frontière russo-ukrainienne au niveau de la mer d'Azov. Un peu plus tôt, Moscou a prévenu Kiev de l'envoi d'un nouveau convoi humanitaire.

Des militaires russes se faisantpasser pour des séparatistes ont ouvert un nouveau front dans l'est de l'Ukraine, a annoncé lundi, Andriy Lissenko, le porte-parole de l'armée ukrainienne, alors que Moscou a fait part de son intention d'envoyer unilatéralement un second convoi humanitaire.

e matin, il y a eu une tentative de la part de forces russes se faisant passer pour des combattants du Donbass visant à ouvrir une nouvelle zone de confrontation militaire dans le sud de la région de Donetsk

Une cinquantaine de blindés venant de Russie ont passé la frontière ukrainienne près de Novoazovsk, sur le littoral de la mer d'Azov à une dizaine de kilomètres de la frontière, a par ailleurs annoncé le chef d'une milice pro-gouvernementale dénommée Azov. Une quarantaine d'entre eux se dirigeaient vers Marioupol, tandis que les autres s'orientaient vers Amvrosievka, au nord, a précisé Semen Sementchenko :

L'invasion des occupants russes a lieu. Les forces russes étaient pour le moment localisées et facilement neutralisables. Aucun combat n'avait été signalé aux environs de Marioupol.

Les précisions de Daniel Vallot de Radio France Internationale

Si la carte ne s'affiche pas, rendez-vous sur notre site

### Un nouveau convoi russe ? Interrogé sur des rumeurs d'incursion russe en Ukraine dans la région de Markine, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a pour sa part déclaré "ne pas être au courant". "Mais il y a énormément de désinformation là-bas au sujet de nos 'incursions'." Le chef de la diplomatie russe a annoncé lundi l'intention de Moscou d'envoyer un deuxième convoi humanitaire dans l'est de l'Ukraine, malgré les protestations de Kiev et des puissances occidentales après l'envoi du premier, qui a passé la frontière sans autorisation : > La situation humanitaire ne s'améliore pas mais se détériore. Nous voulons parvenir à un accord sur toutes les conditions nécessaires à l'envoi d'un second convoi par la même route [...] dans les jours qui viennent. Le premier convoi de quelque 200 camions russes est entré sur le territoire ukrainien vendredi et le chef du service ukrainien de la sécurité d'état (SBU), Valentin Nalivaïtchenko, avait dénoncé une "invasion directe". __ __
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.