Une nouvelle ère s'ets ouverte dimanche en Ukraine après la folle journée de samedi marquée par la destitution du président Viktor Ianoukovitch et la libération de l'opposante Ioulia Timochenko, mais beaucoup de questions demeurent.

Place Maïdan, dimanche
Place Maïdan, dimanche © Eric Damaggio/Radio France

Parmi les moments forts de la journée de samedi on n'oubliera pas l'émotion de la foule et de Ioulia Timochenko , sortie depuis à peine quelques heures de prison, qui arrangue les 50.000 personnes réunies place Maïdan. "Vous êtes des héros, vous êtes les meilleurs d'Ukraine !", a-t-elle lancé en larmes, assise sur un fauteuil roulant.

Quelques heures plutôt les députés du Parlement avaient décidé de sa libération immédiate. Peu après, ils votaient ce qu'ils ont présenté comme une vacance du pouvoir justifiant une destitution de facto du chef d'Etat et l'organisation d'une présidentielle anticipée le 25 mai.

Et ce ne sont pas les accusations de coup d'Etat lancés par un Vicktor Ianoukovitch depuis Kharkiv, à l'est du pays, qui ont change les choses. L'intéressé, élu en 2010 et dont le mandat court jusqu'en mars 2015, a eu beau assurér qu'il n'avait nullement l'intention de démissionner, les informations quant à sa tentative de fuite en avion vers la Russie ont terminé de miner le moral de ses soutiens, qui ont démissionné ou décidé de se rendre à Moscou.

Les explications de Marc Crépin

Et si on parlait encore de Vicktor Ianoukovitch samedi soir, c'est pour raconter et s'étonner encore et encore du faste et du luxe découverts dans sa résidence de Mejiguiria, située à 25 kilomètres de la capitale . Des milliers de curieux sont accourus pour visiter dans le calme la propriété, désormais sous la garde du service d'ordre des opposants. Le domaine de 140 hectares qui regroupe, outre une villa à la décoration somptuaire, un zoo privé, un héliport et une collection de voitures. Faux galion, faisans de collection, marbres et dorures, beaucoup de visiteurs en sont ressortis stupéfaits de tant de faste.

Des documents potentiellement explosifs détaillant un système de pots-de-vin organisé et une liste de journalistes à surveiller ont par ailleurs été découverts dans la résidence.

Dans un vote symbolique, les députés ont voté dimanche la saisie et le transfert à l'Etat de la résidence . Cette propriété, dont la privatisation illégale avait été dénoncée ces dernières années par les médias et l'opposition, était devenue le symbole de la corruption du régime.

les habitants de Kiev observent stupéfaits le luxe de la résidence de Vicktor Ianoukovich
les habitants de Kiev observent stupéfaits le luxe de la résidence de Vicktor Ianoukovich © REUTERS/Konstantin Chernichkin

Samedi à été la journée de tous les changements, dimanche sera le jour de toutes les questions

Les institutions se mettent en place. Les députés ukrainiens ont voté dimanche matin le transfert temporaire des pouvoirs du président déchu Viktor Ianoukovitch au président du parlement, Oleksander Tourchinov. La Rada, le parlement où siègent 450 députés, a également destitué dimanche le ministre des Affaires étrangères, Leonid Kojara. Ce dernier, un proche de Viktor Ianoukovitch, n'est pas remplacé pour l'instant.

Le président du Parlement a donné aux députés jusqu'à mardi pour former une nouvelle majorité et un gouvernement d'unité nationale. "C'est une tâche prioritaire", a déclaré Oleksander Tourchinov au parlement. Il a ajouté que les discussions sur la formation du gouvernement devaient débuter immédiatement.

Des mandats d'arrêts ont été délivrés à l'encontre de l'ex-ministre ukrainien des Revenus Oleksander Klimenko et de l'ex-procureur général Viktor Pchonka, a annoncé dimanche au parlement le procureur général en titre, Oleh Makhnytsky.

Laché par les siens

Le président déchu a été lâché dimanche par son propre parti, qui l'a jugé "responsable des événements tragiques" en Ukraine et a condamné sa "trahison" dans un communiqué. "L'Ukraine a été trahie, les Ukrainiens dressés les uns contre les autres", a déclaré le Parti des régions, mettant en cause "la responsabilité de Ianoukovitch et de ses proches".

Place Maïdan, l'heure était au soulagement et au recueillement

Le centre de Kiev, métamorphosé en quasi-zone de guerre après trois mois de crise aigüe, semblait renouer avec un semblant de normalité.

►►► POUR EN SAVOIR PLUS | les images en direct de la place Maïdan

Profitant du calme revenu, des dizaines de milliers de personnes, familles avec jeunes enfants, sympathisants émus ou simples curieux, se sont pressés au centre-ville pour observer de leurs propres yeux l'étrange décor de guérilla laissé par trois mois de crise aigüe. Chargés de fleurs et armés d'appareils-photo, ils se recueillaient, inspectaient les imposantes barricades, les boucliers des défenseurs et les impacts de balles laissés par les violents affrontements de la semaine.

Le reportage de Mathilde Lemaire

L'hommage au morts de la place Maîdan
L'hommage au morts de la place Maîdan © Eric Damaggio/Radio France

Un pays profondement divisé au ford de la faillite financière

Si l'extrême tension des derniers jours est retombée, les inquiétudes au sujet du sort de ce pays de 46 millions d'habitants restent très vives.

Concernant l'intégrité territoriale de l'Ukraine , profondément divisé entre l'est russophone et russophile et l'ouest nationaliste, ukrainophone et attiré par l'UE, des responsables locaux des régions pro-russes de l'est du pays ont remis en cause samedi à Kharkiv la "légitimité" du Parlement ukrainien, qui selon eux travaille actuellement "sous la menace des armes". Selon ces responsables "l'intégrité territoriale et la sécurité de l'Ukraine se trouvent menacées". Manière de dier qu'une partition est désormais possible.

La communauté internationale craint que la crise n'ait encore creusé le fossé entre l'Est russophone et russophile, majoritaire, et l'Ouest nationaliste et ukrainophone. Le Premier ministre polonais Donald Tusk a estimé samedi soir qu'il existait des forces menaçant l'intégrité territoriale de l'Ukraine, sans en préciser leur nature. La représentante de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a appelé les responsables politiques ukrainiens à agir "de manière responsable" pour maintenir l'"intégrité territoriale" et l'"unité" du pays.

Dimanche après-midi la chancelière allemande Angela Merkel et le président russe Vladimir Poutine ont souligné l'importance pour l'Ukraine de préserver son intégrité territoriale, lors d'un entretien téléphonique. Dans un communiqué, la chancellerie allemande écrit que "Les deux (responsables politiques) sont d'accords sur le fait que l'Ukraine doit se doter rapidement d'un gouvernement en mesure d'agir et que l'intégrité territoriale doit être préservée".

Financièrement , la fragile économie de l'Ukraine risque la faillite faute d'une rapide perfusion financière. Le pays se trouve au bord d'un défaut de paiement, a déclaré dimanche le président par intérim Olexandre Tourtchinov dans une adresse à la nation. L'Union européenne est prête à apporter une importante aide financière à l'Ukraine une fois qu'un nouveau gouvernement sera en place et elle veut offrir à Kiev une perspective européenne claire, a déclaré dimanche le commissaire aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn. La Commission européenne s'est déclarée dimanche prête à conclure un accord commercial avec l'Ukraine une fois que celle-ci se serait dotée d'un nouveau gouvernement.

Oleksander Tourchinov, a précisé que l'intégration européenne allait redevenir une priorité pour Kiev, même s'il s'est dit prêt au dialogue avec la Russie.

Politiquement , le paysage politique de l'Ukraine a été totalement chamboulé en l'espace de 24 heures avec la libération de l'ex-Premier ministre Ioulia Timochenko, emprisonnée depuis 2011. Elle apparaît dès à présent comme une candidate de poids à l'élection présidentielle anticipée fixée au 25 mai, ce qui pourrait créer des tensions avec d'autres opposants, comme Vitali Klitschko, à la pointe de la contestation de ces dernières semaines. D'ores et déjà elle a déclaré ne pas être intéressée par le poste de Premier ministre et devait consacrer sa première journée de liberté à rencontrer des ambassadeurs occidentaux, avant une rencontre"très prochainement" avec la chancelière allemande Angela Merkel

A quoi va ressembler l'Ukraine de demain ?

La réponse de Constantin Sigov, professeur de philosophie à l'université de Kiev, interrogé par Charlotte Piret

La lutte eventuelle entre nouveaux leaders hissus de la contestation, seraient un signe de démocratie

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.