le premier ministre ukrainien iatseniouk démissionne
le premier ministre ukrainien iatseniouk démissionne © reuters

Le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a annoncé sa démission. Une crise politique s'ajoutant à une situation déjà tendue, avec le crash du vol MH17 la semaine dernière et le conflit armé qui se poursuit contre les séparatistes pro-Russes.

Un désaccord sur la stratégie politique à suivre. C'est ce qui aurait conduit le chef du gouvernement ukrainien, Arseni Iatseniouk, à présenter sa démission.

Figure de l'opposition à l'ex-président pro-Russe Viktor Ianoukovitch, il avait été nommé à ce poste cinq jours après la démission de ce dernier, au mois de février.

Mais c'est avec le nouveau chef de l'Etat ukrainien élu fin mai, le pro-occidental Petro Porochenko que le conflit a éclaté. Petro Porochenko s'est dit favorable à une disparition de la coalition actuelle, pour aller vers des élections législatives anticipées.

Pour Arseni Iatseniouk, ce n'est clairement pas le moment, compte tenu de la situation toujours très tendue en Ukraine. L'opération armée contre les séparatistes pro-Russes se poursuit et les soupçons d'implication de la Russie s'intensifient. Dans le même temps, le pays fait face à une crise économique et doit gérer les conséquences du crash du Boeing malaisien la semaine dernière dans l'est du pays.

Il faut dire aussi qu'Arseni Iatseniouk est membre du parti de Ioulia Timochenko, le plus important de la coalition actuelle.

Qui votera des lois impopulaires en ayant en tête les élections ? (...) Il est inacceptable d'échanger le sort du pays contre des intérêts politiques étroits. C'est un crime moral et politique

Le président ukrainien demande au Parlement de refuser cette démission

Le Parlement doit maintenant se prononcer par un vote. Mais le chef d'Etat Petro Porochenko souhaite conserver le gouvernement actuel, et demande ainsi à ce qu'une motion de confiance soit votée. Cité par son service de presse dans une lettre au président du Parlement Olexandre Tourtchinov, il déclare :

La dissolution de la coalition n'est pas une raison pour la démission du gouvernement (...) J'espère que les émotions vont se calmer et que l'esprit froid et le sens de la responsabilité l'emporteront et que tout le gouvernement continuera de travailler

Petro Porenchenko a également demandé aux députés d'examiner les lois permettant de renflouer le budget militaire, qui n'ont pas été votées hier. C'était l'une des raisons avancées par Arseni Iatseniouk pour justifier sa démission.

Le Parlement est toujours en attente de la lettre de démission du premier ministre. En attendant, le vice-premier ministre chargé des régions, Volodymyr Groïsmann, a été nommé premier ministre par intérim par le gouvernement.

Si la démission du premier ministre est votée par le Parlement, celui-ci disposera de 30 jours pour mettre sur pied une nouvelle coalition. Si aucun accord n'est trouvé, le président pourra alors dissoudre l'assemblée et annoncer l'organisation de nouvelles élections.

Antoine Giniaux, notre envoyé spécial en Ukraine revient sur la situation

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.