un convoi d'aide humanitaire russe en route vers l'ukraine
un convoi d'aide humanitaire russe en route vers l'ukraine © reuters

Des ambassadeurs de l’Union Européenne ce sont réunis ce mardi à Bruxelles pour coordonner leur action face, en autres, à la crise en Ukraine. Angela Merkel, François Hollande ou encore José Manuel Barroso ont dénoncé les agissements russes.

François Hollande a fait part à son homologue russe Vladimir Poutine des "très vives inquiétudes que suscitait la perspective d'une mission unilatérale russe sur le territoire ukrainien".

Pour François Hollande :

Une opération humanitaire ne peut intervenir sur le territoire ukrainien qu'avec l'accord des autorités nationales ukrainiennes, tant sur le format que sur les modalités de mise en œuvre.

Les précisions de Joana Hostein, correspondante à Bruxelles

L’Ukraine ne veut pas de ce convoi s’il est accompagné par des soldats russes

"Tout a été décidé avec l’Ukraine", a affirmé le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov, sur la radio Business FM. Alors qu'au contraire, le gouvernement ukrainien a clairement annoncé qu'il n'autorisera pas l'accès de son territoire au convoi d'aide envoyé par la Russie s'il est accompagné par des soldats russes ou par du personnel du ministère russe des Situations d'urgence.

Malgré les mises en gardes occidentales, un « convoi humanitaire » russe, composé de 262 camions, se dirige toujours vers la frontière de l’Ukraine.

A Donestk, les Ukrainiens ne comprennent pas le blocage de ce convoi. Les explications de Philippe Randé, correspondant en Ukraine

Un convoi humanitaire comme prétexte ?

Kiev et ses alliés occidentaux craignent que l'initiative de la Russie ne soit qu'un prétexte trouvé par le Kremlin pour mener une opération armée dans l'est de l'Ukraine où se poursuivent les combats entre forces gouvernementales et séparatistes pro-russes.

►►► A LIRE AUSSI | Les précisions sur le convoi russe en route vers l'est de l'Ukraine

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.